Faits-Divers

5 ans de réclusion criminelle pour un violeur

© D.R

Le viol est un acte criminel que la victime n’oublie jamais. Cette jeune femme qui a fait l’objet de cet acte inhumain l’a déclaré devant La chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca.

«Je n’arrive plus à dormir, M. le président… A chaque fois, je rêve de ce que j’ai éprouvé comme s’il venait de se produire». C’est ainsi que s’exprime cette jeune femme qui se tient devant les magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca. Son violeur la scrute comme s’il se moquait d’elle lorsqu’elle n’arrive pas à tenir ses larmes. Il ne tarde pas à intervenir pour la traiter de menteuse. Seulement, le président de la Cour lui ordonne de se taire en et qu’il ne doit parler que s’il lui donne la permission. De plus, il lui précise qu’il ne doit pas la traiter de menteuse tout en lui affirmant qu’elle a le droit d’étaler devant la Cour sa version des faits.

Âgé de vingt-six ans, ce drogué qui comparaît devant la Cour pour répondre à l’accusation que lui a attribuée le parquet général, à savoir le viol, a déjà purgé une peine d’emprisonnement de deux ans ferme pour complicité au vol qualifié.
«Il me harcelait, mais je n’ai jamais imaginé qu’il pourrait aller jusqu’au viol», déclare-t-elle.
Âgée de vingt-deux ans, elle empruntait son chemin, six jours sur sept, au quartier Essalam pour prendre le bus qui devait la déposer au centre-ville, à Casablanca. Jamais, elle n’a eu de problèmes avec quelqu’un bien qu’elle soit, à l’instar de la majorité des jeunes femmes, victime de harcèlement.

Seulement, à son retour de son emploi, elle s’est retrouvée face à face avec ce jeune drogué qui lui a coupé le chemin. Lorsqu’elle a tenté de demander du secours, il lui a montré le couteau qu’il dissimulait sous sa jaquette tout en lui chuchotant à l’oreille qu’il lui balafrait le visage si elle ne se calmait pas. Et elle s’est enfermée dans un silence absolu pour qu’elle soit conduite vers un domicile qui semble être son foyer paternel. Sans pitié, il a abusé d’elle. Dans un état lamentable, elle est rentrée chez elle. Elle n’a rien révélé ni à ses parents ni à sa sœur. Toutefois, une semaine plus tard, il lui a coupé le chemin une fois encore tout en essayant de l’obliger à l’accompagner chez lui. Mais cette fois elle a crié de toutes ses forces attirant l’intention des badauds qui se sont vite attroupés autour d’eux. Aussitôt, le mis en cause a brandi son couteau pour les dissuader de s’approcher. Mais, quelqu’un a pris l’initiative d’alerter la police qui s’est dépêchée sur les lieux et a arrêté le mis en cause en flagrant délit de tentative de conduire la victime chez lui. Soumis aux interrogatoires tout au long de la procédure, il a prétendu qu’elle était sa copine. Une déclaration qui n’a pas été retenue par la Cour. Jugé coupable, il a été condamné à cinq ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Faits-Divers

Démantèlement d’une bande de cambrioleurs d’unités industrielles

Mardi 14 mai, quatre malfaiteurs qui ont constitué une bande ont été...

Faits-Divers

Découverte de trois cadavres à Marrakech et Agadir

Le cadavre d’un homme, septuagénaire, a été retrouvé, mardi 14 mai, vers...

Faits-Divers

L’affaire de disparition d’une adolescente à Ben Ahmed résolue

Ayant décidé un jour d’abandonner ses études pour aller chercher un emploi...

Faits-Divers

La directrice d’une agence de voyages maintenue en garde à vue

Abandonnés après être arrivés à La Mecque par l’agence de voyages qui...