970x250

Arrestation d’un faussaire de cartes monétiques

Nous sommes à Marrakech. La section du Centre monétique interbancaire (CMI) dans la ville ocre avait remarqué que les deux tickets du client et du commerçant qu’impriment les terminaux de paiement électronique (TPE) délivrés à un promoteur touristique et à un commerçant, étaient faux. Pourquoi ? Tout d’abord il faut savoir ce qu’est un TPE et son fonctionnement.
Le terminal de paiement électronique est un appareil électronique qui lit les données d’une carte bancaire et enregistre une transaction. Pour chacune des transactions payées avec carte de paiement, le commerçant entre le montant dans le TPE et le valide. Aussitôt, le terminal demande la carte de paiement. Quand celle-ci s’insère dans la fente et le code PIN est saisi par le client, une demande d’autorisation est envoyée (ou non) au serveur de la banque du client. Si la transaction est validée, elle est enregistrée dans le TPE. Le client peut alors retirer sa carte.
Le transfert de fonds du compte client vers le compte commerçant aura lieu lorsque le terminal déchargera sur les serveurs bancaires l’ensemble des transactions enregistrées. Une fois effectué, le TPE imprime deux tickets, un pour le client et l’autre pour le commerçant. À propos de cette affaire de Marrakech, le CMI a remarqué que les signatures apposées sur les tickets d’un seul client semblaient différentes. C’est pourquoi son responsable porte plainte.
Une enquête policière a été diligentée. L’enquête policière a révélé que deux jeunes hommes, un promoteur touristique et un résident marocain à l’étranger (MRE), ont été rencontrés, il y a quatre ans, à la prison Boulamharez à Fès. Au fil de leur conversation, le MRE a informé le promoteur touristique qu’il disposait de comptes bancaires en Hollande contenant d’importantes sommes d’argent et qu’il ne peut tirer que par le biais du TPE.
Se mettant d’accord, ils ont commencé leurs opérations après avoir quitté la prison. L’enquête policière a dévoilé que le MRE, qui était recherché pour son implication dans une affaire de trafic de cocaïne, piratait les numéros de comptes de certains clients des établissements bancaires établis surtout en Hollande et en Egypte. Il falsifiait les cartes monétiques par lesquelles il empochait des milliers de dirhams avec la connivence du promoteur touristique et un autre commerçant disposant d’un commerce à El Kasbah disposant également d’un TPE. Ce n’est que par le biais de celui-ci, encore en état de fuite, que l’auteur principal est arrivé à empocher pas moins de 300 mille dirhams. Chez ce MRE, les enquêteurs ont saisi plus de quarante fausses cartes monétiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *