Benslimane : Elle tue sa fille qui mine sa relation avec son amant

Benslimane : Elle tue sa fille qui mine  sa relation avec son amant

En se réveillant, chez lui, au douar Mekzaz relevant de la commune urbaine El Mansouria, province de Benslimane, ce matin du samedi 22 mai, cet homme ne trouve pas, à côté de lui, sur le lit, sa maîtresse, âgée de vingt-cinq ans.

Croyant qu’elle a rejoint sa fille de cinq ans dans une autre chambre, il l’appelle. Personne ne lui répond. Il quitte son lit pour aller la chercher. Mais, il ne trouve que sa fille qu’il essaie de réveiller. Mais en vain. Il commence à craindre le pire. Perturbé, il ne sait quoi faire. Finalement, il prend la bonne décision, il alerte les gendarmes lesquels ne tardent pas à se dépêcher sur les lieux. Les enquêteurs remarquent que le visage de la fille qui n’est plus en vie est maquillé. Martelé de questions par les enquêteurs de la gendarmerie royale de Bouznika, chargés de l’affaire, il n’est pas très précis dans ses réponses. Entre-temps le cadavre a été évacué vers la morgue afin d’être autopsié.

Le médecin légiste conclut dans son rapport que la fille ne présente aucun signe de viol et qu’elle est morte suite à un étouffement. Le jeune homme nie catégoriquement tout en mettant en cause sa maîtresse, mère de la fille, qui a passé, la nuit du vendredi au samedi, 21 au 22 mai, chez lui, avant de disparaître tout en abandonnant sa fille. Il affirme aux enquêteurs qu’elle occupe une demeure située au quartier El Baradâa, à Mohammedia. Sans perdre la moindre seconde, les limiers de Bouznika s’y rendent pour l’arrêter. Soumise aux interrogatoires, elle crache rapidement le morceau. Elle précise qu’elle demeurait avec sa famille dans la ville d’Agadir. Seulement, quand elle est tombée enceinte suite à une relation extraconjugale, elle l’a quittée pour regagner la ville de Mohammedia, louer une demeure et y mettre sa fille. Au fil du temps, elle a croisé ce jeune homme avec lequel elle a entretenu une relation amoureuse.

Et de temps en temps, ils partageaient le lit chez lui. Mais cette relation était souvent gâchée par sa fille qui ne jouissait pas d’un sommeil stable et sanglotait tout le temps. Chose qu’elle n’arrivait plus à supporter, explique-t-elle aux enquêteurs. Exacerbée, elle a décidé de s’en débarrasser en l’étouffant tout en adossant le crime à son amant. Samedi matin, 22 mai, elle est passée à l’acte avant de quitter, furtivement, le domicile de son amant et retourner chez elle au quartier El Baradâa. Elle a été traduite en début de la semaine dernière devant la Cour d’appel de Casablanca alors que son amant a été conduit au tribunal de 1ère instance de Benslimane où il est poursuivi pour débauche.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *