Boufakrane : Pour séquestration et violence, des agents d’autorité et des Forces auxiliaires mis en détention préventive

Boufakrane : Pour séquestration et violence,  des agents d’autorité et des Forces auxiliaires mis en détention préventive

Le khalifa du pacha de Boufakrane, un agent d’autorité et trois éléments des Forces auxiliaires accusés d’être derrière l’acte de suicide d’un marchand ambulant, quadragénaire, ont été maintenus, lundi 31 mai, en détention préventive.

Il s’agit d’une décision prise par le juge d’instruction près le tribunal de première instance à la suite d’une requête présentée par le procureur du Roi. En effet, l’affaire remonte au vendredi 9 avril quand ce quadragénaire se rend rapidement au centre de vaccination de Boufakrane, une ville située entre Meknès et El Hajeb, non pas pour se faire vacciner, mais pour rencontrer le khalifa du pacha et un agent d’autorité du pachalik. Ces derniers y veillaient sur la campagne de vaccination contre la Covid-19. Le marchand ambulant les sollicite de lui permettre d’évacuer sa sœur, gravement malade, vers l’hôpital Mohammed V à Meknès à bord de l’ambulance du pachalik. Une demande rapidement et catégoriquement rejetée sous prétexte qu’il a dissuadé son père de faire le vaccin. Protestant contre ce refus, le marchand en question aurait été maintenu par force par les éléments des Forces auxiliaires qui l’auraient mis à l’intérieur de la voiture de l’agent d’autorité puis conduit vers le pachalik où il aurait été séquestré. Il n’aurait été relâché qu’après avoir signé un engagement de ne plus protester. Se sentant profondément humilié, ce quadragénaire retourne chez lui et rédige une lettre où il explique tout ce qu’il a enduré et sa décision de mettre fin à sa vie. Après quoi, il se réfugie sur la terrasse de son foyer parental pour se suicider par pendaison.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *