Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami

Casablanca : 10 ans de prison  pour avoir tué son ami

Il n’arrive pas à tenir ses larmes. Le président de la Cour, à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca, lui ordonne de se rasseoir au banc des accusés, pour quelques minutes, afin de se calmer.

En retournant au box des accusés, il reprend son souffle tout en clamant son innocence. Il nie en bloc avoir tué son ami. Ce qui contredit ses déclarations consignées dans le procès-verbal de son audition. On y apprend que ce jeune homme de vingt-huit ans était en compagnie de son ami et de sa copine, poursuivie en état de liberté provisoire, pour débauche, lors d’une soirée bien arrosée. Tous les trois s’enivraient quand son ami a commencé à harceler sa copine en lui chuchotant quelques mots à l’oreille. Toujours selon ses déclarations consignées dans le PV, il a affirmé qu’il a demandé à son ami de laisser sa copine tranquille. Mais en vain, a-t-il ajouté aux enquêteurs tout en précisant que son ami a dépassé les limites en traitant sa copine de «fille de tout le monde». C’est ainsi qu’il a perdu tout contrôle de ses nerfs et l’a giflé. Indigné, ce dernier saisit un couteau tentant de se venger. La jeune fille essaye d’intervenir pour calmer les esprits. Sans résultat. Son copain avance vers son ami et le pousse violemment. Renversé par terre, la victime perd connaissance, le sang coule de sa tête. Et pourtant, le mis en cause continue de se disculper devant la Cour. Il explique que la victime qui était sous l’effet de l’alcool a perdu l’équilibre puis est tombée par terre. Ce qui est faux, selon sa copine qui semble avoir peur d’être mouillée dans cette affaire de meurtre. Bref, elle raconte toute l’histoire tout en précisant que son copain avait poussé son ami.
Verdict : Jugé coupable pour les accusations que lui ont été attribuées, le mis en cause a été condamné à dix ans de réclusion criminelle tout en bénéficiant des circonstances atténuantes. Quant à la jeune fille, elle a écopé de six mois avec sursis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *