Casablanca : Un an de prison ferme pour un escroc, 8 mois pour son complice

Casablanca : Un an de prison ferme pour un escroc, 8 mois pour son complice

A l’instar de la majorité des escrocs, ce jeune repris de justice s’exprime clairement devant le magistrat de la chambre correctionnelle près le tribunal de première instance de Casablanca, mais pour se disculper.

Selon le procès-verbal de son audition, il a filouté plusieurs personnes en leur promettant de les aider à émigrer vers l’eldorado. Il clame son innocence assurant qu’il n’a rien déclaré à la police. Pourtant, sa signature apposée sur le procès-verbal prouve qu’il a bien lu ses propos. De plus, ses victimes qui l’ont rencontré soit directement, soit par le biais d’un intermédiaire ont affirmé au tribunal qu’il s’agit bel et bien de lui et de son complice qui se tenait, également, devant le tribunal. L’une d’elles, à savoir une mère de famille, a pris la parole pour expliquer au tribunal qu’elle a rencontré le jeune complice de l’escroc avant de s’attabler avec ce dernier dans un café situé au centre-ville de Casablanca. Elle était en compagnie de son fils qui rêvait d’aller en Europe. L’escroc qui a déjà purgé pour le même motif une peine d’emprisonnement d’un an ferme lui a proposé ses services prétendant qu’il pouvait aider son fils à émigrer en Espagne, Italie ou en France avec un visa Schengen en bonne et due forme.

Elle a précisé qu’elle lui a remis un acompte de quinze mille dirhams. Mais, depuis, il n’a plus donné signe de vie ainsi que son complice qui semble avoir changé de numéro de téléphone. Ce dernier a également nié les charges retenues contre lui bien que la majorité des victimes qui ont répondu favorablement à la convocation du tribunal l’aient reconnu. D’autres victimes sont passées à la barre pour évoquer leur souffrance après avoir recouru aux prêts pour se procurer la somme que l’escroc et son complice leur ont réclamée. Jugés coupables, l’escroc principal et son complice ont écopé respectivement de deux ans et de huit mois de prison ferme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *