Faits-Divers

Crime atroce à Meknès

© D.R

Tout a commencé jeudi 16 février 2006 quand l’avocat, Brahim Hsitou, du barreau de Meknès, exerçant à El Hajeb, et sa femme, Maria Bennani, n’ont plus donné signe de vie. Personne n’a su où ce couple sans enfant était allé sans aviser sa famille. Une disparition énigmatique qui n’a laissé aucune trace pour au moins deviner leur destination probable.
Alertés, les éléments de la police judiciaire de la ville de Meknès se sont déplacés au domicile de l’avocat. Arrivés sur les lieux, ils ont d’abord constaté que la porte de l’appartement ne présentait aucun signe d’effraction. À l’intérieur, tout était rangé dans l’ordre. Apparemment, rien n’avait été volé. Le couple jouissait, par ailleurs, d’une bonne réputation au quartier. Quant à Brahim Hsitou, avocat au barreau de Meknès depuis mai 1991, il n’avait jamais fait l’objet de plainte ni de reproche, que ce soit de la part de ses clients ou du barreau. Et selon les premiers éléments de l’enquête, le couple n’avait pas d’ennemis.
Toutefois, plusieurs plaintes ont été déposées par le couple auprès des autorités locales de la ville de Meknès, contre une famille dite Bouâmi qui habite dans le même quartier. Dans ces plaintes, le couple se plaignait du préjudice que lui causait la fumée émanant d’un local que cette famille avait aménagé en snack spécialisé dans les sandwichs. Des plaintes suite auxquelles les autorités étaient intervenues pour mettre fin au préjudice. Mais l’action des autorités se limitait à des avertissements et n’allaient pas au-delà de cela. D’autres plaintes ont été adressées par l’épouse de l’avocat, Maria Bennani, pour menace de meurtre aux autorités locales. Seulement, elles n’ont pas été prises au sérieux.
Ce n’est que quatre mois plus tard, le dimanche 18 juin, dans l’après-midi, que des grands sachets renfermant des restes de deux cadavres humains ont été découverts près d’Oued Cherrat, région de Temara. Des recherches de la brigade scientifique ont permis de révéler l’identité des deux corps. Il s’agissait de l’avocat Brahim Hsitou et sa femme Maria Bennani. En apprenant la mauvaise nouvelle, le barreau de Meknès a observé, lundi matin, un sit-in au sein de la Cour d’appel de la ville pour exprimer son indignation face à la barbarie des auteurs de ce crime qui a coûté la vie à leur collègue et son épouse.
Quant à l’enquête qui a été diligentée le même jour par les éléments de la police judiciaire de Meknès, elle a ciblé directement la famille Bouâmi. Arrêtés par la police après une enquête minutieuse, trois membres de cette famille ont été arrêtés. Il s’agit des frères Abdelkrime, M’hamed et Abdeljebbar, ainsi que deux complices ont avoué être les auteurs du double crime.
Selon les mêmes sources, les trois frères et leurs deux complices ont préparé le coup avant de passer à l’acte. Ils ont tué, déformé et découpé les deux victimes chez eux, dans le local qui faisait l’objet des protestations de l’avocat.
Les mêmes sources policières ont précisé que les criminels ont perpétré un crime presque parfait.
Ils ont mis les morceaux des deux cadavres dans de grands sachets, les ont transportés à bord d’un véhicule et les ont jetés aux abords d’Oued Ikkem.  L’enquête a révélé également que 10 autres suspects sont impliqués dans cette affaire. Ils sont tous passés aux aveux, selon les sources policières de Meknès. Ces dernières ont affirmé qu’une reconstitution du crime a été effectuée, hier matin, avant de traduire les mis en cause devant la chambre criminelle près la Cour d’appel.

Articles similaires

Faits-Divers

20 ans de réclusion criminelle pour un enseignant qui a abusé de son élève

La chambre criminelle près la Cour d’appel d’Al Hoceïma a tranché, lundi...

Faits-Divers

Un policier arrêté pour avoir menacé des videurs avec son arme à feu

A Marrakech, un policier relevant du 4ème district de M’Hamed a menacé...

Faits-Divers

Une fillette de 8 ans violée par un coiffeur à Tanger

Ayant remarqué le changement de comportement de sa fille, âgée de huit...

Faits-Divers

Une bande de malfrats écope de 18 ans de réclusion criminelle

Trois jeunes hommes qui ont constitué une bande de malfaiteurs ont été...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux