El Jadida : Ne supportant plus l’humiliation de son amant, elle le tue

El Jadida : Ne supportant  plus l’humiliation de son amant, elle le tue

Accusée de meurtre, une jeune femme de trente-huit ans, a été traduite, samedi dernier, devant le parquet général près la Cour d’Appel d’El Jadida. La veille, vendredi 2 avril, au début de l’après-midi, elle a été conduite, par les enquêteurs de la police judiciaire relevant de la capitale de Doukkala vers la scène de crime. Des mesures de sécurité très strictes ont été prises par la sûreté provinciale tout autour de l’appartement, situé au quartier Al Matar, où le crime a été perpétré. En effet la relation entre cette jeune femme, originaire de Sidi Bennour, célibataire, femme de ménage de son état, avec ce père de famille de soixante-sept ans, fonctionnaire en retraite de son état, remonte à belle lurette, selon les aveux de la mise en cause. Depuis leur première rencontre, elle l’accompagnait de temps en temps à El Jadida pour partager le même lit dans un appartement appartenant à la belle-sœur de la victime. Cette dernière, ressortissante marocaine en France, a chargé sa sœur et son beau-frère de la visiter de temps en temps.

Mais, son beau-frère, le sexagénaire, n’hésitait pas à profiter de l’occasion pour la rendre un lieu pour sa vie privée en compagnie de sa maîtresse qu’il n’a jamais apprécié et qu’il humilie à chaque simple malentendu. Un comportement que la jeune femme n’arrive plus à supporter. Dès lors, elle a décidé de mettre fin à ses humiliations et ses insultes et même à leur relation extraconjugale. Et elle a profité de leur dernière rencontre au même appartement du quartier Al Matar, à El Jadida, pour passer à l’acte. Alors qu’ils étaient sur le lit, elle lui a asséné à la tête plusieurs coups d’un objet en fer. Dès qu’il a passé de vie au trépas, elle a pris la fuite sans fermer la porte de l’appartement.

Ne donnant plus signe de vie à sa famille, ce sexagénaire a fait l’objet de recherche par les membres de sa famille. L’un de ses fils qui savait que son père passait quelques temps dans l’appartement d’El Jadida est venu, vendredi 26 mars, le chercher. Ne trouvant pas la porte de l’appartement verrouillée, le fils a alerté la police avant d’y rentrer. Mais, en avançant vers la chambre à coucher, il n’a pas cru ses yeux. Le cadavre de son père, étendu sur le lit, en début de décomposition et avec du sang coagulé à la tête. En arrivant sur les lieux, les enquêteurs de la police ont entamé une enquête soldée, six jours plus tard, par l’arrestation de la mise en cause.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *