El Jadida : Trois Ivoiriens, pirates de cartes bancaires, épinglés

El Jadida : Trois Ivoiriens, pirates de cartes bancaires, épinglés

Par un pur hasard, trois ressortissants ivoiriens, pirates des données des cartes bancaires, ont été identifiés et arrêtés.

Il fallait juste qu’une jeune femme se tienne au balcon de son domicile pour qu’ils lui mettent la puce à l’oreille. En effet, elle n’en a pas cru ses yeux quand elle les a remarqués en train d’utiliser plusieurs cartes bancaires et non pas une seule pour chacun d’eux, pour tirer des sommes d’argent d’un guichet automatique. Sans hésitation, elle a composé le numéro de la police sur son smartphone pour l’alerter et lui expliquer ce qu’elle a remarqué. Rapidement, les limiers de la sûreté d’El Jadida ont entamé les investigations nécessaires pour se rassurer s’il s’agit de criminels ou uniquement de Subsahariens qui venaient tirer leur argent. Toutefois, les investigations effectuées par la brigade de cybercriminalité relevant de la sûreté d’El Jadida ont conclu qu’il s’agissait bel et bien d’opérations frauduleuses.

Les limiers de la cybercriminalité ont recouru ensuite aux vidéosurveillances installées à travers les coins de l’agence bancaire pour relever le numéro d’immatriculation de la voiture à bord de laquelle les trois Ivoiriens se sont déplacés. L’enquête a révélé que le véhicule en question appartenait à une agence de location de voitures installée à Casablanca. Ce qui a permis facilement aux enquêteurs d’identifier celui qui a loué la voiture et ensuite son arrestation. Ses deux complices ont également été épinglés. Plusieurs cartes bancaires ont été saisies sur eux avant d’être conduits au commissariat de police afin d’être soumis aux interrogatoires. Ils n’ont pas mis trop de difficultés à avouer être des pirates des données de cartes bancaires. Ils ont également expliqué qu’ils sont arrivés dernièrement au Maroc et ont commencé à parcourir des villes comme El Jadida pour tirer des milliers de dirhams des guichets automatiques. Les investigations ont révélé en outre que les trois Ivoiriens en cause n’étaient pas des immigrés clandestins, mais des touristes qui devaient passer quelques semaines au Maroc afin de commettre leurs actes criminels. 

Les trois pirates ont été traduits devant le procureur du Roi près le tribunal de première instance d’El Jadida qui les a mis entre les mains du juge d’instruction.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *