Elle fugue pour rejoindre son amant, père de famille, à Chichaoua

Elle fugue pour rejoindre son amant, père de famille, à Chichaoua

Rabat, mardi 19 janvier. Cette adolescente, quinze ans, quitte son lycée mais ne retourne pas, comme d’habitude chez elle.

Sa famille qui attend longuement son retour se met à la chercher à travers les quatre coins de la ville. Mais en vain, elle ne donne plus signe de vie. Ce n’est que quatre jours plus tard que, redoutant le pire, sa famille se décide enfin à alerter la police. Avant d’entamer les investigations nécessaires, les enquêteurs posent quelques questions à la mère de l’adolescente. C’est ainsi qu’ils apprennent que l’adolescente discutait virtuellement avec un jeune qui demeure à Mejjat relevant de la province de Chichaoua. Tenant là une piste sérieuse, les enquêteurs entament les recherches à Rabat et Salé tout en coordonnant avec les gendarmes de la région de Chichaoua afin d’identifier le jeune homme en question qui pourrait avoir un lien avec la disparition de l’adolescente. Effectivement les gendarmes de la région arrivent à identifier le jeune homme.

Il demeure au village Assif El Mal, âgé de vingt-huit ans, marié et père de deux enfants. L’enquête révèle qu’une adolescente venait de le rejoindre chez lui alors que sa femme s’est rendue, avec ses deux enfants, chez ses parents afin d’y passer les vacances scolaires. Une descente sur le domicile de ce père de famille a permis de conclure qu’il s’agissait bien de l’adolescente disparue. C’est par un pur hasard qu’elle avait engagé une discussion virtuelle avec ce père de famille qui l’a convaincue de le rejoindre au début des vacances scolaires.

Amoureuse de lui, elle a accepté et s’est rendue chez lui. Durant les quatre jours de sa disparition, ils ont partagé à maintes reprises le même lit au point qu’elle a perdu sa virginité. Soumis aux interrogatoires, le suspect a tout avoué son crime de détournement d’une mineure et attentat à la pudeur avant d’être traduit, lundi 25 janvier, devant le parquet général près la Cour d’appel à Marrakech.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *