Faits-Divers

Elle tue son mari dans un accès de colère

Son nouveau-né qu’elle a mis au monde alors qu’elle est incarcérée à la prison locale de Sidi Moussa, à El Jadida, doit avoir actuellement uniquement trois mois. Car, lorsqu’elle a tué son mari, elle était à son sixième mois de grossesse.

Directrice pédagogique dans un établissement scolaire privé, cette mère de famille, âgée de vingt-huit ans, n’a jamais imaginé être impliquée un jour dans une affaire de meurtre. Mais, la voilà qui comparaît, ce mardi 30 janvier, devant les trois magistrats de la chambre criminelle près la Cour d’appel d’El Jadida, avec sur le dos un meurtre et de surcroît son mari. Dès son arrestation, le lundi 17 juillet 2023, elle a avoué avoir mis fin à la vie de son mari dans un moment de colère. Elle s’en souvient comme si s’était hier et qui hante son esprit, affirme-t-elle devant la Cour. En effet, le théâtre du crime était un local à usage commercial situé au boulevard Bouchaïb Doukkali donnant sur le quartier Essaâda, à Sidi Bennour.

Elle y est arrivée, ce jour-là, pour demander à son mari des explications sur un deuxième téléphone portable qu’il avait et qu’il cachait, sur ses conversations avec d’autres personnes, notamment des femmes via WhatsApp et de ses déviances sexuelles. C’est du moins ce qu’elle a déclaré devant les enquêteurs de la police judiciaire et devant la Cour. Elle lui a demandé de lui remettre son portable et ouvrir l’application de messagerie instantanée pour être sûre qu’il ne conversait pas avec des femmes sur des sujets sexuels. Il a refusé énergiquement.

Hors d’elle, elle prend les clés et ferme la porte du commerce pour l’obliger à lui donner le portable. Elle tente même de le lui prendre par la force. En vain. Pire encore, il le jette violemment par terre pour l’endommager. Un geste qui la rend folle furieuse. Elle mord son mari à l’épaule puis saisit un couteau. Elle lui assène un premier coup toujours à l’épaule puis un second en plein cœur.

Il s’effondre entre ses bras. Puis elle ouvre la porte du commerce et commence à demander de l’aide. A mi-chemin de l’hôpital, son mari rend l’âme. Arrêtée, elle a été poursuivie pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner.
Verdict : dix ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Faits-Divers

Meurtre sur fond d’homosexualité

Les services de la sûreté à Marrakech sont arrivés, lundi 19 février,...

Faits-Divers

Marié, il détourne une fille mineure

Bien qu’il soit marié, un jeune homme, âgé de vingt-six ans, a...

Faits-Divers

Il abusait sexuellement d’une «bonne» mineure

Encore adolescente, elle se voit embauchée comme «bonne» chez un couple à...

Faits-Divers

Un drogué met fin aux jours de son père nonagénaire

A Fès, un quadragénaire a tué son père, jeudi 15 février, au...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux