970x250

Elle vole et distribue des chèques en bois

Nous sommes au tribunal de première instance à Casablanca. La salle d’audience était archicomble. Au box des accusés se tenait Nadia. Quadragénaire et mère de quatre enfants, elle est accusée d’escroquerie et émission de chèques sans provision. Née à Fès, au sein d’une famille de trois enfants, Nadia était une fille modèle dans son quartier. Elle ne s’occupait que de ses études. Après ses multiples réussites, elle est arrivée à décrocher une licence en biologie. Malheureusement, ce diplôme ne lui a pas permis de trouver un emploi adapté à son profil. La solution ? Elle a choisi d’enseigner dans une école privée.  Entre-temps, elle a rencontré un jeune Casablancais. Une histoire d’amour est née et a abouti au mariage. Nadia a abandonné l’école et a rejoint son mari à Casablanca. Au quartier Bourgogne, ils se sont installés dans un appartement. Pas moins d’un an et demi après son mariage, son mari a été licencié de son travail. Tous les deux ont cherché un emploi. En vain. Une situation critique qui l’a poussée à commettre son premier délit ! Profitant de la bonne foi de son amie, elle lui a subtilisé une somme d’argent.
Une plainte a été déposée. Nadia a été interpellée, arrêtée et condamnée à six mois de prison ferme. Lorsqu’elle a été relâchée, elle s’est retrouvée sans foyer. Son mari l’a répudiée quand elle était sous les verrous . Pour gagner sa vie, elle a travaillé comme serveuse dans un café. Pas moins de deux mois au sein du café, elle a mis la main sur le chéquier d’une cliente. Elle a commencé à éparpiller par ci et par là des chèques en bois pour vivre sans le moindre besoin. Arrêtée, elle a été condamnée à huit mois de prison ferme.
Quand elle a été relâchée, elle s’est remariée. A côté de son nouveau mari, elle a vécu aisément. Entre-temps, elle a découvert qu’elle est atteinte d’un cancer. Désespérée, elle a décidé de profiter de la vie. Par quel moyen ? Par l’escroquerie. À ce propos, elle a contacté l’un des grands magasins de vêtements pour femmes. Elle a expliqué à la commerçante : «Je reviens dans quelques minutes pour choisir les vêtements qui me conviennent et seront payés demain par mon mari». Dans la boutique, elle a dérobé le chéquier de la commerçante. Elle est partie pour recommencer à distribuer les chèques en bois aux bijoutiers.
Le résultat ? Elle a acheté plusieurs bijoux en or d’un montant global de 176 mille dirhams. «Mon mari n’est pas au courant et je suis enceinte depuis trois mois», a-t-elle affirmé devant le tribunal. Jugée coupable, elle a été condamnée à trois ans de prison ferme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *