Essaouira : Doutant de sa fidélité, il l’étouffe à mort

Essaouira : Doutant de sa fidélité,  il l’étouffe à mort

Ce jeune homme, âgé de vingt-six ans, vient de convoler en justes noces avec une fille du douar Aït Haïmoud relevant du Caïdat Idda Ouaghma, province d’Essaouira.

Pêcheur de son état, il s’absente souvent de chez lui pour aller à Agadir et gagner sa vie en travaillant à bord d’une barque de pêche. Sa femme, quoique très jeune, à peine dix-neuf ans, comprend les contraintes du travail de son mari et fait en sorte de préserver le foyer conjugal, donc ils menaient une vie paisible. Mais les mauvaises langues en décident autrement et s’interposent pour envenimer leur relation conjugale. Bref, des informations faisant état que son épouse le trompe lui parviennent. Depuis, le doute lui ronge le cœur. Chaque fois qu’il rentre chez lui, le premier réflexe qu’il a est celui de fouiller le smartphone de son épouse. Une fois, il a découvert une conversation avec quelqu’un qu’il n’a jamais connu. Mais au lieu de lui demander de qui il s’agit il garde le silence. Car, il a l’intention de l’attraper en flagrant délit. Mais en vain. Et il continue à se rendre à Agadir pour quelques jours pour retourner brièvement chez lui et ainsi de suite.

Nous sommes à la mi-février, le pêcheur prépare sa valise pour aller à Agadir. Mais en vérité il se rend juste au centre du village qui s’éloigne de quelques kilomètres de chez lui. Quand la nuit tombe, il demande à un «Khattaf », chauffeur de transport clandestin, de le conduire à son douar. En y arrivant, il lui fait signe de l’attendre. A peine rentré chez lui et sans crier gare, il met un oreiller sur le visage de sa femme qui plongeait dans un profond sommeil. Il ne l’enlève qu’une fois s’être assuré que son épouse a rendu l’âme. Puis il retourne chez le «Khattaf» qui l’emmène au centre du village où il prend l’autocar à destination d’Agadir.

Il fallait attendre deux semaines d’enquête pour que les gendarmes arrivent à l’identifier comme l’auteur du crime.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *