Accueil Faits-Divers Il égorge son épouse devant les regards de leurs enfants 
Faits-Divers

Il égorge son épouse devant les regards de leurs enfants 

 

A Tanger, un père de famille a mis fin à la vie de son épouse, mercredi 4 janvier, vers l’aube, chez lui, dans un appartement situé à Jnane Al Boughaz dans la nouvelle médina Ibn Batouta, région de Gzenaya, apprend-on d’une source judiciaire. Il l’a égorgée comme un mouton avec un couteau et ce, devant les regards de leurs quatre enfants puis il a pris la fuite. L’un d’eux, âgé de dix ans, s’est faufilé en dehors de leur appartement pour demander secours aux voisins, a précisé la même source. Ayant accouru, ces derniers ont découvert le cadavre de cette mère de famille, âgée de trente-six ans, gisant dans une mare de sang. Alertés, les éléments de la gendarmerie royale se sont dépêchés sur les lieux pour effectuer un constat d’usage avant d’entamer les investigations nécessaires. En effet, toujours selon la même source, le mis en cause qui a finalement été arrêté dans la région de Laâouama, à Tanger, ne partageait pas quotidiennement le même foyer avec son épouse et ses enfants. Souffrant de troubles psychiques, il séjournait chez ses parents à Tétouan et ne rendait visite à sa petite famille que de temps en temps. Seule la victime, employée dans une société installée dans la zone industrielle Gzenaya, se chargeait de ses médicaments et subvenait aux besoins de ses quatre enfants. L’enquête est toujours en cours pour déterminer le mobile de ce crime.

Articles similaires

A Chichaoua, un trafiquant de drogue écope de 3 ans et demi et 2 autres mis sous les verrous

Âgé de vingt-cinq ans, un trafiquant de drogue a été condamné à...

Un cybercriminel Français extradé du Maroc vers les États-Unis

Le jeune français de vingt-et-un ans, Sébastien Raoul, arrêté le 31 mai...

Le meurtre d’un étudiant à Sidi Bouzid résolu 7 mois plus tard

Ce n’est que sept mois après la découverte du cadavre d’un étudiant...

Saisie de 7 kg de cocaïne et 180 mille dh à Casablanca et Harhoura

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire à Casablanca ont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie