Faits-Divers

Kidnapping et viol collectif ou débauche ?

© D.R

Qui a raison et qui a tort ? La plaignante ou les deux jeunes hommes qui ont fait l’objet de sa plainte ? Chacun d’eux a sa version des faits. Seule la Cour de la chambre criminelle près la Cour d’appel de Safi va trancher cette affaire dont la scène s’est déroulée à Essaouira.

Dans un état lamentable, les vêtements déchiquetés et les larmes aux yeux, cette jeune femme, la trentaine, rentre au poste de la gendarmerie royale à Essaouira. Après l’avoir calmée, le chef lui demande de relater en détail ce qui lui est arrivé. Elle raconte tant bien que mal qu’elle était en chemin vers son domicile. Elle est surprise par une voiture qui freine juste à ses pieds au point qu’elle a cru qu’elle allait la heurter. Mais, ce qui l’attendait n’était pas moins dangereux. En effet, un jeune homme descend de la voiture, un couteau à la main. Il la pousse à l’intérieur du véhicule à bord duquel se trouve un autre jeune homme derrière le volant qui démarre à toute allure. Elle les supplie de la laisser descendre et rentrer chez elle. Mais en guise de réponse, celui qui était assis à côté la gifle et lui intime de se taire. L’automobiliste ne s’arrête qu’une fois arrivé dans la région d’Ida Ouguerd située à vingt-et-un kilomètres au sud de la ville d’Essaouira. Toujours sous la menace, les deux jeunes hommes la violent à tour de rôle sous les arganiers. Se souvenant parfaitement de ses agresseurs, la jeune femme a donné aux enquêteurs leurs signalements. De plus elle leur affirme qu’elle est sûre qu’ils ne sont pas étrangers à la ville d’Essaouira et qu’elle les y croisait souvent.
Ne perdant pas la moindre seconde, les gendarmes d’Essaouira se lancent à la recherche des deux jeunes hommes, la vingtaine. Ils les arrêtent moins de quarante-huit heures après.
Soumis aux interrogatoires, tous les deux avouent avoir couché avec la plaignante à tour de rôle dans un coin situé au village Ida Ouguerd. Mais, «de son plein gré», précisent les deux jeunes hommes. Ils nient l’avoir kidnappée, ni l’avoir violée tout en affirmant qu’elle les a accompagnés sans le moindre problème et en rigolant et plaisantant tout au long du chemin qui relie Essaouira à Ida Ouguerd.
Mais pourquoi les accuse-t-elle de kidnapping et de viol ? Les deux jeunes hommes répondent que le problème est bel et bien pécuniaire. La jeune femme, paraît-il, a jugé qu’elle était sous-payée.
Bien que les deux jeunes hommes aient été traduits, vendredi dernier, devant le parquet général près la Cour d’appel de Safi, en état d’arrestation, l’enquête est toujours en cours pour déterminer s’il s’agit effectivement d’un cas de kidnapping et de viol collectif ou uniquement de débauche.

Articles similaires

Faits-Divers

Dix ans de prison ferme pour un drogué qui a tué sa mère

Chômeur et drogué, il menait la vie dure à sa famille surtout...

Faits-Divers

Meurtre au marché de gros d’Ouled Taïma

A Ouled Taïma qui relève de la province de Taroudant, un quadragénaire...

Faits-Divers

Arrêté en flagrant délit de vol à l’intérieur d’une agence bancaire

Alors qu’il perpétrait un vol dans une agence bancaire sise à Dar...

Faits-Divers

Il abuse sexuellement de sa tante paternelle non-voyante durant cinq ans

Personne n’imagine qu’un jeune homme de vingt-huit ans, pour assouvir ses désirs...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus