Faits-Divers

La jalousie qui mène au fratricide

© D.R

Nous sommes au douar Ouled Âmira, commune rurale Bir Ennasr, Caïdat Sidi Bettach, province de Benslimane.

C’était mercredi 27 janvier 2016 que cette mère de famille s’est présentée devant les éléments de la gendarmerie royale de Benslimane pour les solliciter de rechercher son fils cadet, âgé de trente-deux ans, qui a disparu depuis quarante-huit heures. C’était lui qui la prenait en charge et prenait soin d’elle tout en continuant ses études universitaires bien qu’il ait déjà décroché sa licence. Cette mère a précisé aux gendarmes qui l’écoutaient attentivement qu’elle accusait son second fils, Mohamed, qui se faisait passer pour un malade mental, de l’avoir tué surtout qu’il a mis le feu, ensuite, à l’écurie.

Les gendarmes ont-ils pris ses paroles au sérieux ? Certes, ils ont entamé leurs investigations. Le lendemain, elle les a rejoints, une fois encore, pour leur confier avoir été contactée par son fils, Mohamed, qui s’est rendu à Casablanca pour se soigner.

Elle leur a précisé que son fils lui a avoué avoir tué son frère et a mis le feu à son cadavre dans l’écurie. Mais les gendarmes n’ont pas cru à ses paroles surtout que leur enquête n’a ciblé que la collecte de témoignages sans recourir aux examens scientifiques.

Suite aux instructions du parquet général près la Cour d’appel de Casablanca, les éléments de la brigade nationale de la police judiciaire ont donc recouru à la science. Aussitôt, ils se sont rendus à l’étable pour s’assurer qu’il y avait bien un incendie. Effectivement, ils ont remarqué qu’il y avait un incendie sur les lieux. Et ils ont commencé à chercher s’il y avait encore des restes des os. Ils ont même utilisé des tamiseurs à cette fin. Enfin, ils sont arrivés à mettre la main sur des os que l’analyse scientifique a attesté qu’il s’agit bel et bien des os du cadavre du fils disparu.

Le vendredi, 6 mai, Mohamed a été arrêté et soumis aux interrogatoires. Au fil des questions, il a fini par cracher le morceau. Il a avoué avoir tué son frère. Le mobile ? Il était jaloux de son frère cadet qui gagnait sa vie tout en prenant en charge sa famille et poursuivant ses études universitaires. Il était sûr que sa mère lui préférait son frère et qu’elle l’aimait plus.

Articles similaires

Faits-Divers

Voulant aider son mari, elle perd la vie

La masculinité toxique des hommes qui croient que toutes les femmes sont...

Faits-Divers

Lorsque l’amour mène à la tentative de suicide

A Beni Mellal, un jeune homme a grimpé une grue destinée à...

Faits-Divers

Il tue une veuve et met le feu à son cadavre

Moins de 24 h après la découverte du cadavre calciné d’une sexagénaire...

Faits-Divers

En vingt-quatre heures, deux meurtres à Fès

A Fès, deux meurtres ont été perpétrés, vendredi et samedi, 19 et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus