Accueil Faits-Divers La perpétuité pour AVOIR tué sa femme
Faits-Divers

La perpétuité pour AVOIR tué sa femme

Doutant de la fidélité de son épouse, il l’égorge comme un mouton devant le regard de leurs enfants.

 

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Rabat. Au box des accusés se tient, ce quatorzième jour du mois courant, un père de famille, âgé de quarante-neuf ans, poursuivi en état d’arrestation pour homicide volontaire avec préméditation et guet-apens. Son crime remonte à deux ans, plus exactement à l’après-midi du mercredi 4 novembre 2020 lorsqu’il enseignait dans une école primaire dans la commune rurale Houdrane relevant de la province de Khemisset. Sa victime n’est autre que son épouse, une couturière âgée de son vivant de trente-quatre ans. Deux enfants, un garçon et une fille, âgés actuellement et respectivement de neuf et six ans, sont le fruit de leur relation conjugale. Sans aucun doute, les images de l’égorgement de leur mère par les mains de leur père déferlent devant leurs yeux. Effectivement chez eux, au quartier El Âyachi, à Tiflet, ils ont bel et bien assisté à ce crime ignoble. Leur père ne nie pas être l’auteur de ce crime, ni devant la police à Tiflet, ni devant le parquet général près la Cour d’appel à Rabat, ni encore devant le juge d’instruction. C’est le cas aussi devant la Cour d’appel. Il affirme avoir pris un couteau et égorgé son épouse comme un mouton. Pire encore, il n’a pas pris en considération la présence de ses deux enfants. Après quoi, il a tenu son garçon par la main pour sortir de chez lui et monter à bord de sa voiture tentant de prendre la fuite. Quant à sa fille, elle est restée à côté du corps de sa mère gisant dans une mare de sang. Seulement il a été arrêté le même jour alors qu’il s’apprêtait à quitter Tiflet. Pour quel mobile a-t-il perpétré un tel crime? «Elle me trompait», répond-il à la Cour. Une certitude qu’il tire de messages échangés sur WhatsApp entre son épouse et un inconnu. Il affirme que sa femme jouissait d’une bonne réputation et qu’elle était sérieuse et sincère, c’est pourquoi il n’a jamais pensé qu’elle pourrait avoir une relation même virtuelle avec quelqu’un d’autre. «J’étais choqué lorsque j’ai lu par un pur hasard les discussions», précise-t-il tout en ajoutant qu’il s’est senti humilié.
Verdict : Jugé coupable, il a été condamné à la peine à perpétuité.

Articles similaires

A Chichaoua, un trafiquant de drogue écope de 3 ans et demi et 2 autres mis sous les verrous

Âgé de vingt-cinq ans, un trafiquant de drogue a été condamné à...

Un cybercriminel Français extradé du Maroc vers les États-Unis

Le jeune français de vingt-et-un ans, Sébastien Raoul, arrêté le 31 mai...

Le meurtre d’un étudiant à Sidi Bouzid résolu 7 mois plus tard

Ce n’est que sept mois après la découverte du cadavre d’un étudiant...

Saisie de 7 kg de cocaïne et 180 mille dh à Casablanca et Harhoura

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire à Casablanca ont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie