Meknès : 2 ans de prison pour un agent de sécurité qui a abusé d’une lycéenne !

Meknès : 2 ans de prison pour un agent de sécurité qui a abusé d’une lycéenne !

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Meknès.

A la salle d’audience, un jeune homme de trente ans se tient au box des accusés, poursuivi en état d’arrestation, pour détournement et attentat à la pudeur sans violence sur une mineure de quatorze ans ayant entraîné son dépucelage. Mais, dès l’ouverture de son procès, il clame son innocence tout en affirmant qu’il ne s’agit que d’un coup monté par la mineure, alors que la fille assure qu’il l’a violée. Mais, comment en sont-ils arrivés là ? En fait, ils se sont rencontrés au lycée collégial Abou Bakr Sedik situé au quartier Agdal à Meknès. Elle y poursuivait ses études alors que lui se chargeait de la sécurité au niveau de la porte principale.

C’est lui qui l’ouvrait et la refermait après l’entrée des lycéens. C’est cette tâche qui lui a créé un problème avec la lycéenne qui le met en cause, explique- t-il aux trois magistrats de la Cour. Il ajoute, lors de son interrogatoire, qu’il ne lui permettait pas d’entrer au lycée lorsqu’elle arrivait en retard. Ce qui a généré une haine profonde envers lui et qui s’est transformée en désir de vengeance, prétend-il. «Il ment», répond- elle lorsqu’elle a pris la parole devant la Cour. Cette lycéenne de quatorze ans précise qu’il lui a exprimé son amour et qu’ils ont entretenu une relation. Ils se rencontraient presque quotidiennement en dehors du lycée pour faire un tour, ni plus ni moins.

Seulement, ce jour-là, alors qu’elle venait de sortir d’un cours, elle l’a conduite vers une classe pour abuser sauvagement d’elle. Mais le mis en cause rejette tout en bloc. Une disculpation qui s’est effondrée comme un château de cartes lorsque deux témoins ont attesté qu’ils les ont vus soit à bord de son vélomoteur, soit en marchant à travers les jardins de la ville et non loin de la gare routière. C’est la raison pour laquelle la Cour l’a jugé coupable et l’a condamné à deux ans de prison ferme. Un verdict jugé clément par la famille de la lycéenne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *