Mohammedia : Elle se retrouve dans les filets d’un homme pour avoir fait sa connaissance via Facebook

Mohammedia : Elle se retrouve dans les filets d’un homme pour avoir fait sa connaissance via Facebook

Adolescente de seize ans, elle accepte l’invitation sur le réseau social, Facebook, que lui a envoyé un jeune homme de vingt-quatre ans.

Une conversation virtuelle est engagée entre eux durant des jours avant que le jeune homme ne finisse par lui proposer de se rencontrer. Sans hésitation, elle accepte. Demeurant à Beni Yakhlef, elle le rejoint à Mohammedia. Depuis, ils ne dépassent pas deux jours au maximum sans qu’ils se rencontrent. Au fil des jours, il la sollicite de l’accompagner pour rester ensemble, loin des regards. En réponse, elle lui exprime son refus. Une réponse qu’il n’accepte pas pour se transformer, aussitôt, en un monstre. Il la tient par son bras tout en lui montrant un couteau et l’oblige à l’accompagner sans faire de bruit ou attirer l’attention de quiconque. Sans avoir d’autre choix, elle garde le silence. Il la conduit jusqu’à un terrain vague pour la violer sous la menace du couteau, la photographier et l’enregistrer en vidéo.

Ayant perdu sa virginité, elle ne révèle rien à sa mère. Depuis, elle se retrouve entre l’enclume de ce jeune homme qui l’oblige à partager ensemble le même lit et le marteau de ses photos et vidéos en pleins ébats qu’il utilise comme moyen de chantage. Elle a souffert en silence pour décider, il y a quelques jours, de révéler à sa mère le calvaire qu’elle éprouve. Ne croyant pas ses oreilles, sa mère la conduit devant les éléments de la gendarmerie royale de Beni Yakhlef. Une souricière a été tendue par les limiers pour le faire tomber dans ses filets en flagrant délit. A ce propos, l’adolescente lui téléphone pour lui proposer de se rencontrer et le supplier de supprimer les photos et vidéos.

Effectivement, il la rejoint pour qu’il se retrouve encerclé par les gendarmes en tenues civiles. Ils l’arrêtent, saisissent le téléphone avant de le traduire devant le parquet général près la Cour d’appel de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *