Faits-Divers

Onze meurtres en une semaine

© D.R

Une semaine particulièrement sanglante. En effet, du 17 au 22 juin, pas moins de onze meurtres ont été commis à Casablanca, Salé, Al Haouz, Beni Mellal, El Jadida et Youssoufia, soit une moyenne de plus de deux homicides par jour.

La commune rurale Talat N’Yaaqoub située au cercle d’Isni relevant de la province d’Al Haouz était, la nuit du vendredi 21 juin, le théâtre d’un meurtre. Il s’agit d’un adolescent de seize ans qui a mis fin à la vie de son oncle maternel, un trentenaire. Sous l’effet de l’alcool, ce dernier a demandé de l’argent à sa mère avant de se diriger vers sa sœur qui a refusé de lui verser le moindre sou. Et comme un monstre, il s’est jeté sur elle pour la tenir violemment par le cou essayant de l’étrangler. Voyant sa mère en danger de mort et sans réfléchir, son neveu a saisi rapidement une pierre et a asséné un coup à la tête de son oncle maternel. L’adolescent a fini par se présenter de son plein gré devant la police et a avoué son crime.
La veille, jeudi 20 juin, à Casablanca, une ressortissante ivoirienne a été violée avant d’être tuée par un jeune homme, la trentaine, qui souffrait de troubles mentaux. Le drame s’est produit sur la terrasse d’un immeuble situé au quartier Hassani, lorsque cette jeune Ivoirienne y est montée pour sécher son linge. Malheureusement, cet agresseur, âgé de vingt-neuf ans, l’a attaquée, violée avant de la tuer et enrouler son cadavre dans un tapis. Le meurtrier qui a été arrêté avait déjà maltraité sa mère ainsi qu’il avait tenté de violer sa nièce.
Le même jour, jeudi 20 juin, à Zaouiat Cheikh relevant de la province de Beni Mellal, un septuagénaire qui avait eu un simple malentendu avec son épouse, sexagénaire, a saisi une hache pour lui asséner des coups mortels. Et à Casablanca, au quartier Ben M’sik, il y a eu, le même jour, un crime de parricide. Il s’agit d’un malade mental qui était interné dans un hôpital psychiatrique et qui n’il n’avait quitté que trois jours avant la fête du sacrifice. Ce jeune homme qui se droguait avait déjà frappé son père avec une bonbonne de gaz pour lui causer des fractures avant de commettre l’irréparable.
Toujours à Casablanca, le même jour, des actes de hooliganisme ont entraîné la mort d’un jeune homme. L’enquête policière a révélé que les supporters du Raja de Casablanca se sont rassemblés aux quartiers Sidi Bernoussi et Sidi Moumen pour célébrer le sacre de leur équipe en championnat. Mais ils se sont retrouvés en affrontement avec des supporters du WAC. Ces actes de violence ont engendré la mort d’un supporter rajaoui. Sept suspects ont été arrêtés et d’autres sont actuellement recherchés par la police.
Le mercredi 19 juin, la ville de Salé a été le témoin d’un sixième meurtre. Il s’agit de deux frères qui ont tabassé un jeune homme, agent de sécurité de son état, et ce, au quartier Chafaâ, dans la région de Sahb Al Qaïd.
Le même jour, un septième crime de meurtre a eu lieu dans la région de Médiouna située au sud de la ville de Casablanca lorsqu’un jeune homme a mis fin à la vie de son épouse en lui assénant plusieurs coups d’une arme blanche. A peine mariés, leur vie conjugale a été ponctuée de malentendus et de conflits pour que l’irréparable soit commis chez eux au quartier Er-Rachad.
Toujours le mercredi 10 juin, à la rue Bouhara située à Kasbah, en ancienne médina, à Beni Mellal, un quadragénaire a criblé de coups de couteau son colocataire. Celui-ci a rendu l’âme avant d’arriver au service des urgences de l’hôpital régional de Beni Mellal. A l’origine de cet homicide, une dispute pour un simple malentendu entre ces deux amis qui occupaient une seule chambre. Plus d’une vingtaine de coups d’une arme blanche ont été assénés à la victime, un trentenaire. Le mis en cause a été épinglé aussitôt avant d’être placé en garde à vue.
Par ailleurs, l’auteur d’un meurtre dans la commune rurale Moulay Abdellah relevant de la province d’El Jadida et plus précisément au douar Al Qaïd, a été arrêté, mardi 18 juin, par les éléments de la gendarmerie royale. Quelques heures plus tôt, ce dernier, repris de justice, a mis fin à la vie de son voisin qui se plaignait du volume trop fort de la musique l’empêchant de dormir. Le meurtrier a été arrêté.
Lundi 17 juin, deux autres homicides ont eu lieu à Casablanca et à Youssoufia. Il s’agit d’un jeune homme qui a mis fin à la vie de sa mère (cf. notre édition n°5685 du mercredi 19 juin 2024) et d’une jeune homme de dix-neuf ans qui a tué un père de famille au douar El Midate relevant de la commune rurale Jdour, dans la province de Youssoufia (cf. notre édition n° 5686 du jeudi 20 juin 2024).

Articles similaires

Faits-Divers

20 ans de réclusion criminelle pour un enseignant qui a abusé de son élève

La chambre criminelle près la Cour d’appel d’Al Hoceïma a tranché, lundi...

Faits-Divers

Un policier arrêté pour avoir menacé des videurs avec son arme à feu

A Marrakech, un policier relevant du 4ème district de M’Hamed a menacé...

Faits-Divers

Une fillette de 8 ans violée par un coiffeur à Tanger

Ayant remarqué le changement de comportement de sa fille, âgée de huit...

Faits-Divers

Une bande de malfrats écope de 18 ans de réclusion criminelle

Trois jeunes hommes qui ont constitué une bande de malfaiteurs ont été...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux