Pour protester contre ses clients, une prostituée se jette d’une voiture

Pour protester contre ses clients, une prostituée se jette d’une voiture

Nous sommes le matin du dimanche 19 septembre.

Très tôt, le cadavre d’un individu a été retrouvé déchiqueté et éparpillé sur l’autoroute située au niveau de la ville de Skhirate. Les éléments de la gendarmerie royale accompagnés de leurs collègues de la brigade technique et scientifique se sont dépêchés sur les lieux pour entamer une enquête. En effet, les enquêteurs ont remarqué qu’il s’agit du cadavre d’une personne de sexe féminin qui a été heurtée par une voiture et un camion. Les chauffeurs de ces deux véhicules ont affirmé aux enquêteurs qu’ils ne se sont pas rendu compte de cette personne lorsqu’elle s’est jetée d’une voiture qui a continué son chemin vers Témara sans connaître, effectivement, sa destination finale. Le cadavre a été évacué vers la morgue et les enquêteurs ont continué leurs investigations afin de tirer l’affaire au clair. Pas moins de vingt-quatre heures plus tard, les limiers sont arrivés à savoir qu’il s’agit d’une jeune fille, la vingtaine, demeurant dans la région de Khenichet, située à trente-deux kilomètres de la ville de Sidi Kacem. Issue d’une famille très pauvre, elle s’est jetée dans le monde de la prostitution en fréquentant les restaurants-bars de la ville de Rabat. C’est dans l’un d’eux qu’elle a rencontré, ainsi qu’une seconde prostituée, deux jeunes employés.

Ils ont décidé de continuer la soirée chez l’un d’eux dans une villa de la ville de Bouznika. A leur retour, tous les quatre, à bord de la voiture de l’un des deux jeunes hommes, la victime a ouvert le portail pour se jeter sur l’autoroute. Les enquêteurs ont identifié les deux jeunes hommes et la seconde prostituée qui était en leur compagnie. Arrêtés et soumis aux interrogatoires, ils ont déclaré qu’elle s’est jetée de la voiture parce qu’ils ont refusé de leur donner une somme globale de 800 DH.

Les deux jeunes hommes ont affirmé aux limiers qu’ils se sont mis d’accord de verser à chacune des deux prostituées une somme de 400 DH. Mais, ils n’avaient plus le sou. L’enquête a conclu qu’il s’agit bel et bien d’un suicide. Toutefois, les trois suspects dont la prostituée ont été maintenus en garde à vue pour être traduits, jeudi 23 septembre, devant le procureur du Roi près le tribunal de première instance poursuivis pour débauche et ivresse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *