Faits-Divers

Quatre meurtres en deux jours

Quatre meurtres dont un sororicide ont eu lieu, durant deux jours dans quatre provinces, en l’occurrence Inzegane-Aït Melloul, Chtouka-Aït Baha, Khouribga et Larache. Point commun entre ces homicides: un mobile insignifiant ou indéterminé.

Du dimanche à lundi, 3 à 4 décembre, pas moins de quatre meurtres ont été commis. Le dernier a été perpétré, lundi dernier, au début du matin, dans un domicile parental situé dans la région de Dcheira El Jihadia relevant de la province d’Inzegane-Aït Melloul. En effet, un jeune homme a asséné plusieurs coups de couteau à sa sœur la tuant sur le coup puis il a tenté de se suicider. Jusqu’à l’écriture de ces lignes, personne n’est au courant du mobile de ce drame qui a profondément chagriné toute une famille. L’auteur du crime est alité actuellement aux services des urgences de l’hôpital régional Hassan II, à Agadir, afin d’être soigné et de répondre aux interrogatoires de la police judiciaire relevant de la préfecture de la sûreté de la ville d’Agadir.
La veille, dimanche 3 décembre, à Larache, au quartier La Résistance, suite à un malentendu entre deux jeunes amis et le gérant d’un café, l’un des deux amis a brandi son couteau et asséné un coup à la poitrine de la victime. Evacué rapidement vers le service des urgences de l’hôpital Mohammed VI, à Tanger, il a succombé à ses blessures. Le meurtrier a été arrêté, le lendemain, par les éléments de la police judiciaire relevant de la sûreté de Larache, au cimetière Sidi Larbi, son complice est activement recherché.
Le même jour, dimanche, dans la commune rurale Aït Amira relevant de la province Chtouka-Aït Baha, un trentenaire a tué par un coup de pierre son rival. Un simple malentendu entre eux a cédé rapidement la place à une dispute. Aussitôt, la mère du mis en cause est intervenue pour empêcher que l’irréparable ne se produise. Toutefois, la victime l’a poussée violemment au point qu’elle s’est renversée par terre. C’est à ce moment-là que le mis en cause a perdu tout contrôle de ses nerfs pour saisir une pierre et asséner un coup à la tête de la victime. Gravement blessé, ce dernier a été évacué vers le service des urgences de l’hôpital où il a rendu l’âme. Le mis en cause a été arrêté par les gendarmes qui l’ont placé en garde à vue.
Le quatrième homicide, qui a eu lieu, également, dimanche 3 décembre, avait pour théâtre l’un des douars de la commune rurale Boulanoir relevant de la préfecture de Khouribga. Il s’agit également d’un simple malentendu entre deux hommes qui a rapidement cédé la place à un échange de coups et blessures pour qu’ils soient tous les deux blessés. Seulement, l’un était dans un état plus grave que l’autre. Son cadavre a été retrouvé quelques heures plus tard. L’enquête a été diligentée par les gendarmes qui sont arrivés à épingler le meurtrier.

Articles similaires

Faits-Divers

Meurtre sur fond d’homosexualité

Les services de la sûreté à Marrakech sont arrivés, lundi 19 février,...

Faits-Divers

Marié, il détourne une fille mineure

Bien qu’il soit marié, un jeune homme, âgé de vingt-six ans, a...

Faits-Divers

Il abusait sexuellement d’une «bonne» mineure

Encore adolescente, elle se voit embauchée comme «bonne» chez un couple à...

Faits-Divers

Un drogué met fin aux jours de son père nonagénaire

A Fès, un quadragénaire a tué son père, jeudi 15 février, au...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux