Accueil Faits-Divers Suite à un malentendu, il étrangle une prostituée
Faits-Divers

Suite à un malentendu, il étrangle une prostituée

Nous sommes à Marrakech. Le matin du dimanche 15 mars n’était pas comme tous les jours au quartier Al Massira II. Que s’est-il passé ? Le cadavre d’une jeune fille a été retrouvé non loin de la résidence Rajae. Il ne présentait aucun signe de violence. Ni sang qui coulait, ni trace de violence. La police judiciaire a été alertée par téléphone. Les enquêteurs se sont précipités sur les lieux. Le cadavre gisait sur le trottoir. Plusieurs dizaines de curieux étaient attroupés autour du corps. Qui était-ce ? C’est la première question qui a hanté l’esprit des enquêteurs. Ces derniers ont photographié le cadavre et plus particulièrement le visage. Au moment où le cadavre a été évacué par le fourgon mortuaire vers l’hôpital médico-légal pour être autopsié, les limiers de la ville ocre avaient  déjà diligenté une enquête pour identifier la défunte.
Entre-temps, l’hôpital médico-légal leur a envoyé le rapport de l’autopsie. Ce rapport conclut que la défunte était morte suite à un étranglement. Qui l’a étranglée ? Les investigations se poursuivaient pour trouver réponse à cette question. Mais, tout d’abord, qui est-elle ? Les enquêteurs sont arrivés à l’identifier quelques jours plus tard. Il s’agit d’une prostituée qui offrait ses services en racolant dans les cafés, surtout ceux qui sont situés au quartier Guéliz. D’ailleurs, c’est dans ce quartier où la majorité de ses amies, toutes des filles de joie, passent leurs journées à chercher des clients. Quelques unes d’entre elles ont révélé aux enquêteurs que la défunte était, la veille, en compagnie d’un jeune homme. Elles leur ont décrit ses traits. Ce  qui leur a permis de faire un portrait-robot.
Le jeune homme a fini par être identifié. Il s’agit de Salah, âgé de trente ans, célibataire. Ce Casablancais qui travaille depuis quelques mois dans une entreprise installée à la zone industrielle de douar Al Âskar louait une chambre dans une maison du quartier Al Massira II, située près du lieu où le cadavre a été retrouvé. Salah a été arrêté, mercredi 25 mars, chez lui. Soumis à un interrogatoire serré, il a avoué être l’auteur du crime. Comment? Et pourquoi ? «Elle m’a accompagné chez moi pour s’enivrer et coucher ensemble», a-t-il affirmé. Seulement, suite à un malentendu, elle a décidé de partir. Salah a tenté de la retenir. Mais en vain. Il l’a maltraitée en la frappant à coups de poing. Elle a tenté de se défendre. À ce moment, il a fini par l’étrangler de ses deux mains. Quand il l’a relâchée, elle était déjà morte. Salah a décidé de se débarrasser du cadavre. Il l’a mis sur ses épaules pour la jeter ensuite à la rue sans que personne ne le voit.

Articles similaires

A Chichaoua, un trafiquant de drogue écope de 3 ans et demi et 2 autres mis sous les verrous

Âgé de vingt-cinq ans, un trafiquant de drogue a été condamné à...

Un cybercriminel Français extradé du Maroc vers les États-Unis

Le jeune français de vingt-et-un ans, Sébastien Raoul, arrêté le 31 mai...

Le meurtre d’un étudiant à Sidi Bouzid résolu 7 mois plus tard

Ce n’est que sept mois après la découverte du cadavre d’un étudiant...

Saisie de 7 kg de cocaïne et 180 mille dh à Casablanca et Harhoura

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire à Casablanca ont...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie