Taza : Il tue sa maîtresse pour avoir révélé le secret de leur relation amoureuse

Taza : Il tue sa maîtresse pour avoir révélé  le secret de leur relation amoureuse

Nous sommes dans la commune rurale Taïnaste, située à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Taza.

Demeurant au douar Ellahlah, ce jeune homme qui a entretenu, depuis quelques mois, une relation amoureuse avec une jeune fille habitant dans un autre douar situé dans la commune urbaine Msila, qui se trouve loin de chez lui d’une dizaine de kilomètres. Et pourtant, elle déployait tous ses efforts pour arriver à fuir les regards des curieux et le rencontrer de temps à autre. A son tour, il était plein de joie quand ils se rencontraient. Lorsqu’ils étaient ensemble, il n’hésitait pas à profiter des bons moments pour faire l’amour avec elle tout en lui promettant le mariage. En fait, elle croit à ses paroles. Depuis, elle ne pensait qu’à lui et n’attachait son destin qu’au sien.

Toutefois, elle a remarqué dernièrement qu’il ne prêtait plus attention à elle et qu’il ne répondait plus à ses appels téléphoniques, ni à ses messages sur WhatsApp. Avait-il l’intention de lui tourner les dos et de rompre sa relation avec elle ? C’est du moins la question qui se serait passée par sa tête pour décider enfin d’aller chez lui et lui demander une explication pour reprendre leur relation. Difficilement, elle est arrivée à le convaincre de la rencontrer non loin de chez lui. Elle a parcouru une dizaine de kilomètres à pieds pour le rejoindre pour lui demander une explication. Hors de lui, il lui a demandé la raison pour laquelle elle n’a pas gardé secrete leur relation amoureuse.

Elle n’a pas cru ses oreilles quand elle a entendu ses reproches infondés. Et chacun d’eux a commencé à traiter l’autre d’infidèle. En un moment de colère, le jeune homme a saisi un couteau qu’il dissimulait sous ses vêtements pour lui asséner un coup au niveau de la poitrine avant de prendre la fuite.

Alertés, les gendarmes l’ont arrêté quelques heures plus tard, l’ont soumis aux interrogatoires avant de le traduire, samedi dernier, 1er mai, devant le parquet général près la Cour d’appel de Taza.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *