Un menuisier viole un enfant dans une classe d’une école privée

Un menuisier viole un enfant dans une classe d’une école privée

C’est un enfant poursuivant ses études dans une école privée, située non loin de l’autoroute, à Sidi Moumen, à Casablanca.

À sa maman, il ne racontait que du bien sur ses enseignants, ses amis et ses camarades de classe. En fait, il lui confiait quotidiennement ce qui lui arrivait à l’école. Mais ce jour de mercredi 21 mai, il ne lui a rien raconté.

Il a gardé le silence. Il s’est réfugié dans une chambre sans  dire autre chose en dehors du «Bonsoir maman» habituel.

Sa mère n’a pas accordé plus d’importance à son comportement. Et elle est allée à la cuisine pour lui préparer son repas. Quelques minutes plus tard, elle l’a rejoint dans la chambre. Tout en plaisantant avec lui, elle lui a changé ses habits.

C’est là que la maman s’est rendu compte que son maillot était maculé d’une substance ressemblant à du sperme. Perturbée, elle a demandé à son enfant des explications sur ce qui maculait son maillot. Et la réponse a eu l’effet d’une bombe sur la pauvre mère : «C’est le menuisier qui a fait pipi sur mes fesses avant de me gifler».

Hors d’elle, la maman a conduit son enfant qui n’a pas de classe, l’après-midi de ce mercredi, vers l’hôpital. Le médecin qui l’a examiné a attesté que l’enfant avait fait l’objet d’un abus sexuel et lui a remis un certificat médical d’ITT de vingt-cinq jours. La mère, meurtrie, l’a accompagné jusqu’au commissariat de police pour déposer une plainte. Entendu par les limiers de la PJ de Sidi Bernoussi, l’enfant a affirmé qu’un menuisier qui réparait les tables des classes à l’école l’a conduit vers une classe sans être remarqué par personne.

Là, il lui a enlevé le maillot, a abusé de lui avant de le gifler en le menaçant de meurtre s’il osait raconter ce qui lui est arrivé à ses parents. Le menuisier a été arrêté le lendemain, jeudi 22 mai.

Soumis aux interrogatoires, il a tenté au départ de se disculper. Mais, lors de sa confrontation avec l’enfant, il a fini  par cracher le morceau. Il a avoué être l’auteur de cet abus sexuel exercé sur cet enfant en le conduisant vers une classe vacante et abusant de lui sans pitié. Le mis en cause a été traduit devant la Cour d’appel de Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *