Faits-Divers

Un meurtre et un suicide énigmatiques

© D.R

Un homme se suicide chez son voisin alors que dans son domicile on découvre le cadavre d’un vingtenaire, sans vêtements, portant des traces de violence. Une affaire mystérieuse qui a secoué la région de Zeghanghane, dans la province de Nador.

 

Nous sommes dans la commune rurale Ihdaden située non loin de la ville de Zeghanghane qui s’éloigne de 7 km à l’ouest de Nador. Le calme y règne ce matin du mercredi 10 avril coïncidant avec Aïd El Fitr. Les familles s’apprêtent à prendre leur petit déjeuner et à échanger les visites. La mauvaise nouvelle tombe comme un couperet. Un homme, quadragénaire, a mis fin à ses jours par pendaison. Dans une maison de la région, il a été retrouvé corps sans vie. Entre-temps, les éléments de la gendarmerie royale, après avoir effectué le constat d’usage, ont entamé leur enquête. Interrogeant les voisins, ils ont pu recueillir d’importantes informations sur la personne qui s’est suicidée. Il s’agit d’un quadragénaire qui a purgé une peine d’emprisonnement ferme pour un délit. Les enquêteurs ont également appris que la maison où il s’est suicidé ne lui appartient pas et qu’elle est la propriété d’un ressortissant marocain en Europe et qu’il louait la maison mitoyenne ! Pourquoi est-il passé à l’acte chez son voisin et pas dans son propre domicile ? Comment l’a-t-il ouverte en l’absence de son propriétaire qui était en Europe ? Les enquêteurs font part de tous ces détails au parquet général. Ils reçoivent les instructions pour ouvrir la maison du quadragénaire. Ils n’étaient pas au bout de leurs surprises. Ils découvrent le cadavre tout nu d’un jeune homme, la vingtaine, présentant de traces de blessures causées par un objet contondant et des ecchymoses prouvant qu’il a été violenté avant d’être tué. Les enquêteurs pensent qu’il a été violé par sodomie. Une hypothèse qui doit être confirmée ou infirmée par le médecin légiste. Les enquêteurs remarquent également dans la maison du repris de justice des traces de creusage en plus d’une bonbonne de gaz sans tuyau, un couteau et une pioche. Les investigations ont révélé que le repris de justice est âgé de vingt-cinq ans, qu’il n’est pas de la commune rurale d’Ihdaden, mais demeure dans la ville de Zeghanghane et qu’il a fait l’objet, depuis le lundi 8 avril, d’un signalement de disparition et d’une réclamation de recherche déposée par son père auprès de la sûreté de la ville. Ce jeune homme a-t-il été abusé sexuellement avant d’être tabassé et tué par ce quadragénaire ? Où l’a-t-il rencontré la première fois ? Entretenaient-ils une relation depuis longtemps ou venaient-ils pour la première fois, de se rencontrer ? Pourquoi s’est-il retrouvé chez ce repris de justice ? Etait-il au courant que ce repris de justice était homosexuel ? Ce quadragénaire avait-il l’intention d’enterrer le cadavre de la victime dans une tombe qu’il s’apprêtait à creuser ? Pourquoi a-t-il choisi de se suicider dans la maison de son voisin et non à côté du cadavre de sa victime ? Plusieurs questions entourent cette étrange affaire, c’est dire que l’enquête ne fait que commencer. Affaire à suivre.

Articles similaires

Faits-Divers

Démantèlement d’une bande de cambrioleurs d’unités industrielles

Mardi 14 mai, quatre malfaiteurs qui ont constitué une bande ont été...

Faits-Divers

Découverte de trois cadavres à Marrakech et Agadir

Le cadavre d’un homme, septuagénaire, a été retrouvé, mardi 14 mai, vers...

Faits-Divers

L’affaire de disparition d’une adolescente à Ben Ahmed résolue

Ayant décidé un jour d’abandonner ses études pour aller chercher un emploi...

Faits-Divers

La directrice d’une agence de voyages maintenue en garde à vue

Abandonnés après être arrivés à La Mecque par l’agence de voyages qui...