Un père de famille et son neveu tuent celui qui tente d’abuser de son fils

Un père de famille et son neveu tuent celui qui tente d’abuser de son fils

Nous sommes à la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca.

Au box des accusés se tient un jeune homme, âgé de trente-et-un ans. Employé de son état, il est poursuivi, en état d’arrestation, pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner. Son complice n’est autre que son neveu, âgé de vingt-et-un ans, qui se tient également devant les trois magistrats. En effet, si ce dernier nie les charges retenues contre lui, son oncle avoue son crime tout en confirmant qu’il n’avait pas l’intention de tuer son voisin, un père de famille, âgé de quarante-deux ans. Il semble que c’est une affaire de mauvais voisinage. En fait, le mis en cause principal a affirmé que le défunt est un pédophile qui a tenté d’abuser sexuellement de son fils, âgé de huit ans. Il ajoute, lors de son interrogatoire, que son épouse l’a informé que leur voisin a tenté, pour la seconde fois, de conduire chez lui leur enfant pour abuser de lui. Elle a précisé qu’il lui a même, lors de la première tentative, fait des attouchements quand il l’a croisé dans les escaliers, mais elle a essayé de ne lui rien dire.

Effectivement, son épouse qui a présenté son témoignage devant la Cour a attesté que son voisin a bel et bien essayé d’abuser sexuellement de son fils. Pour l’enfant, la Cour s’est contentée de ses déclarations consignées dans le procès-verbal. A ce propos, ce dernier a confirmé que le défunt a tenté de lui faire des attouchements quand il l’a rencontré dans les escaliers de leur domicile et qu’il lui a proposé de l’accompagner chez lui tout en lui promettant de lui donner une pièce de dix dirhams. Le mis en cause principal a ajouté à la Cour que lui et son neveu ont frappé à la porte de son voisin afin qu’il cesse ses comportements envers son fils. Mais, le voisin les a traités de menteurs qui avaient l’intention de le jeter en prison. Tout à coup, le mis en cause principal, armé d’un bâton, selon les déclarations consignées dans le procès-verbal, donne plusieurs coups à son voisin, soutenu par son neveu.

Le voisin perd connaissance et ne tarde pas à succomber à ses blessures. Verdict : Jugé coupable pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans l’intention de la donner, le mis en cause a été condamné à dix ans de réclusion criminelle. Quant à son neveu, jugé coupable pour complicité, il a écopé de quatre ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *