Une bonne vole 420.000 DH à son employeuse

Une bonne vole 420.000 DH  à son employeuse

Elle est quadragénaire, Marocaine résidant à l’étranger. De coutume, elle partage son temps entre le Maroc et l’Europe. Cette mère d’une fillette vient de retourner chez elle, à Casablanca, pour y passer quelques mois avant de rejoindre son mari, également un MRE. Trop occupée, elle téléphone à une famille qu’elle connaît pour lui trouver une domestique. Effectivement, on lui propose une adolescente qui habite à Sidi Kacem. La MRE ne perd pas de temps, elle fait le voyage pour l’amener avec elle à Hay Mohammadi.

L’adolescente passe les deux journées chez son employeuse et lors de la troisième elle lui dit qu’elle veut retourner chez elle à Sidi Kacem. Pourquoi ? Elle ne donne aucune explication. L’employeuse la sollicite de passer avec elle au moins une semaine, le temps de trouver une autre bonne. Mais, l’adolescente ne veut plus rester une minute de plus. L’employeuse ne pouvant pas la retenir de force la conduit alors jusqu’à la gare du train, lui paie le ticket, lui donne un billet de deux cents dirhams et n’a retourné chez elle qu’une fois que le train a pris le départ.

A la maison, cette MRE prend son écrin, l’ouvre et c’est la mauvaise surprise. Il est vide ! Il renfermait 420 mille dirhams en devises et en dirhams, ainsi que quelques bijoux en  or. Pour elle nul doute que la domestique les a volés avant de partir. Hors d’elle, elle va au commissariat de police de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ où elle dépose une plainte. Une enquête policière a été diligentée. Les limiers se déplacent vers Sidi Kacem pour soumettre la bonne aux interrogatoires. Elle ne tardera pas à se mettre à table, elle avoue avoir volé les 42 millions de centimes.

Les limiers fouillent la maison et mettent la main sur 40 billets de 500 euros, 36 billets de 200 euros, 260 billets de 100 euros, un billet de 50 euros, 183 billets de 20 euros, 14 billets de 20 pounds et  20.500 DH en billets de 200 et 100 DH. La police a également saisi les bijoux qu’elle a subtilisés à son employeuse avant d’être traduite devant la justice à Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *