Couverture

Chaîne humaine à Toulouse contre l’expulsion d’une marocaine

Les manifestants répondaient à l’appel du "Réseau éducation sans frontières" (RESF) et d’un collectif de parents d’élèves qui demandent la régularisation de la situation de la mère d’un élève de CM1, Rafik, 12 ans, présent dans la ronde.

La famille Abchir compte deux autres enfants plus jeunes nés en France. La mère, Zakia, est arrivée du Maroc avec Rafik en 2002 pour rejoindre le père, un chauffeur vivant à Toulouse depuis 20 ans et titulaire d’un titre de séjour.

Zakia Abchir a reçu un courrier le 24 avril dernier lui donnant deux mois pour quitter le territoire, après le refus de sa demande de regroupement familial, a expliqué une représentante de son collectif de soutien.

Pour Daniel Tkaczuk, le directeur de cette école primaire, "Rafik, totalement intégré ici, a des projets dans sa tête, la sixième (…) et tout est fauché par cette menace d’expulsion".
Parmi les pancartes brandies par les parents, enseignants et enfants, on pouvait lire "Trois enfants sans maman, non!, régularisation, oui". La pétition du collectif a recueilli quelque 600 signatures.

Articles similaires

ActualitéCouvertureUne

La BAD mise 600 millions d’euros au Maroc

Le Royaume continue de séduire les bailleurs de fonds internationaux pour le...

ActualitéCouvertureUne

TGV Casa-Marrakech : Séoul veut doubler Madrid, Paris et Pékin

«Deux critères vont permettre aux responsables marocains de départager les soumissionnaires. Le...

CouvertureSociétéUne

Zéro bidonville en 2028 : le plan du gouvernement

Des appartements de type F3, des subventions publiques qui peuvent aller de...

CouvertureSociétéUne

Ecoles pionnières : diagnostic encourageant de l’ONDH

Les conclusions serviront à éclairer l’action du ministère de tutelle dans le...