Couverture

Éditorial : Les ministres voyageurs

La majorité des ministres ont opté pour des vacances marocaines, c’est-à-dire à l’intérieur du Royaume. Pour les pays étrangers, pas de ministre qui n’a accumulé dans l’exercice de ses fonctions des heures vols assez substantielles dans le cadre de missions plus ou moins nécessaires.
Pendant que les ministres décrochent, le premier d’entre eux, lui, est toujours en action. Trop de travail, beaucoup de dossiers. Pas de consigne particulière, sauf celle de ne pas “sortir“ tous en même temps, de ne pas couper complètement l’écoute. Au cas où… Ainsi ceux qui ont des affaires à traiter alors qu’ils ont pris le large peuvent compter sur la collaboration de leurs collègues restés encore à Rabat.
S’offrir quelques jours de repos, entre une et deux semaines pour le gouvernement, après un an de labeur et de stress est vraiment mérité quoique certains aient pris l’habitude d’être en vacances tout le temps. C’est que les éléments de l’équipe Jettou ne sont pas tous égaux devant la responsabilité. Loin s’en faut. Il y a ceux qui se la coulent douce de par la nature de leur portefeuille et d’autres par contre qui triment compte tenu de l’importance de leur poste ministériel.
Mais qui a dit qu’il ne se passe rien en août ! L’augmentation du prix du carburant à la pompe intervenue il y a quelques jours, soit la deuxième fois en l’espace de quelques semaines, apporte un démenti cinglant à cette idée reçue. Y a-t-il en effet meilleur mois pour prendre les mesures les plus impopulaires qui, le restant de l’année, auraient provoqué la réaction indignée du consommateur ? Mais là, silence radio ! Les gens, avec la nonchalance de l’été, n’ont pas la force de protester ou ne sont même pas au courant. Seul le ministre de tutelle Mohamed Boutaleb avait visiblement assez d’énergie pour venir le soir devant les caméras faire le service après-vente.
Alors où vont nos ministres ? La destination de choix, la plus prisée, reste le Nord et sa côte tétounaise ensoleillée redevenue, depuis que S.M le Roi Mohammed VI y passe son séjour estival le point de ralliement à la mode de la jet- set nationale. Membres du gouvernement, hommes d’affaires, responsables politiques, mais aussi riches et nouveaux riches… Tout ce beau monde se côtoie, l’espace de quelques semaines, dans ce lieu de pèlerinage balnéaire et les rendez-vous difficiles pour une raison ou une autre à obtenir en temps normal deviennent possibles et même agréables… Les vacances démocratisent le contact.
C’est à Cabo Negro, Kabila et autres Marina Smir que ça se passe, même si le tourisme d’ici est noyé dans un immobilier en front de mer qui a fait très peu de place aux espaces d’animation et de loisirs. L’ennui n’est jamais loin. Mais qu’importe ! L’essentiel, c’est d’être seul ou en famille là où il faut, de se retrouver entre amis et d’avoir le sentiment de prendre du bon temps.

Articles similaires

ActualitéCouvertureUne

La destination Casablanca-Settat mène la bataille de la «visibilité»

6 millions de touristes attendus dans la région d’ici 2030 et plusieurs...

CouvertureEconomieUne

Big data et IA pour modéliser l’investissement privé

Démarche, liste des membres, objectifs… les détails de la première réunion du...

ActualitéCouvertureUne

énergie renouvelée pour L’axe Rabat-Paris

Coopération. A quelques jours de la présentation de la feuille de route...