Couverture

Garder la tête froide

ALM : Quelle est votre réaction après les attentats de vendredi?
Driss Benali : Ma réaction première, c’est, évidemment, l’indignation. Nous vivons dans un pays qui a entamé un processus démocratique et acquis des espaces de liberté, avec ses hauts et ses bas, mais nous ne sommes pas les plus malheureux du monde arabe. Et voilà que ces événements, cette barbarie  qui a frappé des innocents, nous ramènent à autre chose… Ce sont des événements qui nous surprennent et nous inquiètent. Car, c’est un pays qui, jusque-là, avait trouvé des solutions à ses problèmes par des voies pacifiques, par le dialogue, ce qui est le signe d’une société civilisée. Mais nous avons l’espoir que le Maroc saura gérer cette crise avec beaucoup de fermeté et beaucoup d’intelligence afin que l’on ne perde pas les acquis réalisés jusque là. Pour cela, il faut que tout le monde puisse faire front pour s’opposer à ce genre de pratiques. Et les autorités doivent se montrer plus fermes face à ceux qui appellent à la haine. Le droit à la différence –je n’aime pas le mot «tolérance» – est essentiel à toute démocratie.

Ces attentats risquent-ils de porter atteinte au processus démocratique ?
Les autorités doivent être suffisamment intelligentes pour préserver les acquis, qui ont pour supports les démocrates et la société civile. Et les préserver contre tous les éléments rétrogrades. Des gens qui instrumentalisent les croyances et les valeurs pour parvenir à leurs fins. En d’autres termes, il s’agit de préserver et de consolider les acquis et les défendre contre leurs ennemis qui, pour parvenir à leurs fins,  utilisent les règles du jeu et les moyens de la démocratie. Une démocratie qu’ils s’empresseront de détruire par la suite…  

Comment évaluez-vous le large élan de sympathie à l’égard du Maroc au lendemain des attentats ?
C’est parce que le Maroc est un pays qui se démocratise et se libéralise. On ne le met pas au même niveau que certains pays du Golfe. Autre raison de cette vague de sympathie : le Maroc est un pays paisible et pacifique.  Et ceux qui le connaissent savent qu’il y a une opinion très attachée à la démocratie, aux droits de l’Homme, etc. Il s’agit de l’aider à se défendre contre cette agression aveugle qui cherche à nous ramener à un âge préhistorique. En plus des symboles visés, il faut relever que ces attentats interviennent à la veille de la saison touristique. L’objectif étant d’affaiblir l’économie marocaine, voire de l’asphyxier. Avec manifestement l’espoir de créer plus de mécontentement et une ambiance de guerre civile.

Que penser du mode d’action des kamikazes ?
Dans les années 50/60, c’était le barbu gauchiste, qui aimait la vie. Un homme qui a bâti toute son action sur l’espoir. L’extrémiste n’aime pas la vie et il est mû par le désespoir. Le gauchiste avait un projet de société à proposer. L’extrémiste est un nihiliste. Des démarches différentes qui sont l’expression d’une époque. Il existe chez nous des choses (fracture sociale, pauvreté, etc.), qui sont un terreau fertile pour ce genre de comportements. Oeuvrer au renforcement de la cohésion sociale va dans le sens d’une vulnérabilité moindre.

Articles similaires

ActualitéCouvertureUne

Data center, TélécomS…le Maroc active un plan d’action

Mobilisation générale pour mettre aux normes les infrastructures de télécommunications au Maroc...

ActualitéCouvertureUne

Centrale nucléaire au Maroc : Le match USA, France et Russie

Paris rejoint Washington et Moscou dans la course proposant d’équiper le Maroc...

CouvertureEconomieUne

«Morocco now» met le cap sur l’Allemagne

Roadshow d’une délégation menée par le ministre de l’investissement ainsi que le...

ActualitéCouvertureUne

Les relations UE-Maroc à la croisée des chemins ?

Taxe carbone, attaques contre le «Made in Morocco», accord agricole, montée de...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus