La Banque mondiale conseille la connaissance

La Banque mondiale conseille la connaissance

La série des rapports de la Banque mondiale sur les grandes questions économiques de l’heure vient de s’enrichir d’un élément dont on pense qu’il va faire débat. Intitulé «Transformer les économies arabes: la voie de la connaissance et de l’innovation», ce document qui a été rendu public mercredi à Rabat fait le point sur la problématique du retard pris par les économies arabes sur le monde développé.

En résumé, ce rapport qui a été préparé par la Banque mondiale (BM) et le Centre pour l’intégration en Méditerranée (CIM), en coordination avec la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Isesco, préconise l’orientation de ces économies vers un modèle axé sur l’innovation et la connaissance de façon à relever les défis de développement émergents, tels que la création d’emplois et celle des richesses.

Point de départ de la réflexion : le monde arabe vit une ère particulière de son évolution, caractérisée par une large ouverture et marquée par une triple transition. La première de ces transitions est politique et elle vise à remplacer les pouvoirs autoritaires par d’autres plus démocratiques. La seconde est de type social et elle commande que la recherche de l’inclusion chasse les politiques de promotion de l’emploi au moyen de l’extension du secteur public et du soutien des prix.

La troisième évolution est économique et vise à installer des régimes de production et d’échange plus compétitifs. Pour la Banque mondiale en effet, tout travail qui ne prend pas en considération le fait que ces trois transitions interagissent entre elles est voué à l’inefficacité.

A partir de ce constat le rapport émet cinq grands messages en direction de faiseurs de sociétés de la connaissance et de l’innovation.

Le premier est que pour faire face aux défis nouveaux tels que la création de millions d’emploi, les pays arabes sont invités à adopter un modèle de croissance économique basé sur la connaissance et l’innovation, seul capable d’intégrer le plus grand nombre dans la vie active.

Second message : avancer sur cette voie, exige d’intensifier les réformes économiques, de  développer des économies plus ouvertes et avec plus d’esprit d’entreprise, de mieux instruire la population et de la rendre plus qualifiée, d’améliorer l’innovation et la recherche et, de diffuser les technologies de l’information et de la communication et leurs applications. Le rapport de la Banque mondiale préconise qu’en plus des actions et des réformes concernant l’ensemble de l’économie, les gouvernements devraient créer les conditions appropriées pour le développement de secteurs spécifiques et de sites particuliers qui sont sources de nouvelles activités et d’emplois. Fait remarquable entre tous, les experts de la banque pensent que la mise en œuvre d’une stratégie de développement fondée sur la connaissance et l’innovation est au départ un acte politique. Selon eux, il nécessite, en effet, une vision nationale, une forte coordination au plus haut niveau du gouvernement, et une approche participative pour mobiliser la population afin de soutenir les réformes nécessaires.

Dernier message : l’intégration régionale. Ce que le rapport dit ainsi : des politiques actives d’intégration régionale dans le monde arabe et autour de la Méditerranée permettraient d’accélérer les évolutions nécessaires. En fait, la BM estime que les processus d’intégration régionale sont essentiels pour accroître les échanges, développer les marchés du travail et bénéficier des synergies dans les investissements et les compétences qui sont essentielles à la réussite des projets. Commentaire à chaud des analystes après cette publication : comme la frontière algéro-marocaine est fermée malgré les appels à sa réouverture et que l’Union maghrébine n’est depuis plus d’un demi-siècle que vœu pieux, il reste beaucoup à faire avant que la société de la connaissance et de l’innovation ne prenne forme dans la région.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *