Couverture

 » La démocratie est une proie facile « 

ALM : Monsieur le ministre, quelle lecture faites-vous des actes barbares ayant endeuillé Casablanca ?
Khalid Alioua : Il y a trois significations à cet actes. La première est presqu’une évidence qu’on oublie. La démocratie est une proie facile des actes barbares et des pratiques anti-démocratiques. Pour se prémunir contre ce genre d’actions, la démocratie doit secréter les moyens à même d’y faire face. Le pays ne peut plus continuer à fonctionner avec un système sécuritaire qui n’est pas approprié. Il faut donc revoir les choses pour parer au pire.
La deuxième signification est que les actes terroristes ne visent pas n’importe quel pays. De par sa position géostratégique et de par ses prises de position, notre pays a été donc la cible des actes terroristes aveugles. Les mêmes actes visent tout ce que l’humanité a bâti comme civilisation et ce qu’elle a mis en place comme valeurs de tolérance et d’entente.
Enfin, la troisième signification des attentats est à caractère introspectif. La jeunesse est l’un des segments les plus vulnérables. Elle fait l’objet des convoitises de tout le monde et peut servir de moyen pour véhiculer les idées obscurantistes.
On doit donc se pencher sur son sort et créer des réseaux d’insertion capables de faire face aux fanatiques et à leurs pratiques.

Mais au-delà de la condamnation des actes, que doivent faire les partis politiques pour que cela ne se reproduise plus ?
Il est incontestable que la classe politique est obligée de procéder à une réévaluation de son mode d’action et d’endoctrinement. Il est urgent que les partis politiques entament des actions d’ouverture sur la société et que les organisations de la société civile occupent le terrain. Les actes terroristes de Casablanca sont un signal d’alarme pour l’ensemble de la société. Les partis sont appelés dans ce cadre à se mobiliser pour mieux encadrer la rue, représenter les citoyens… Et pour cela, il y a un travail organisationnel à faire. Autrement, il n’y aura pas d’issue. Une chose est acquise : on ne laissera pas passer le fanatisme…

Comment réagissez-vous quand des organisations islamistes sont reconnues ou tolérées alors que des actes barbares sont commis au nom de l’obédience islamiste?
Je ne veux pas faire de lien de causalité entre ce qui se passe et les organisations islamistes reconnues ou tolérées. Une chose est maintenant sûre : les composantes du paysage politique national et les organisations islamistes reconnues ou tolérées refusent la violence. C’est un fait.
Deuxièmement, tant que ces organisations respectent cet engagement, il n’y a rien à y redire. Maintenant, on peut demander à ce que l’engagement de tout le monde soit plus fort et l’implication plus productive pour un meilleur respect de l’Etat de droit, de la démocratie et ses règles.
C’est ainsi que l’on peut faire face aux fanatismes et aux terroristes de quel que bord qu’il soit.

Articles similaires

CouvertureEconomieUne

Le Maroc se lance dans la production d’avions-cargos

Des géants américains de l’aéronautique annoncent un accord pour l’installation d’une zone...

CouverturePolitiqueUne

Le Code de déontologie parlementaire bientôt adopté

Les deux Chambres ont ouvert vendredi dernier la session du printemps

ActualitéCouvertureUne

Data center, TélécomS…le Maroc active un plan d’action

Mobilisation générale pour mettre aux normes les infrastructures de télécommunications au Maroc...

ActualitéCouvertureUne

Centrale nucléaire au Maroc : Le match USA, France et Russie

Paris rejoint Washington et Moscou dans la course proposant d’équiper le Maroc...