Couverture

La presse internationale salue l’initiative royale

La nouvelle a fait le tour du globe à travers les médias internationaux. Des journaux du monde entier ont fait état des décisions courageuses prises par SM le Roi Mohamed VI. L’agence France presse dénote que la libération de journalistes et de militants incarcérés au Maroc, au bénéfice d’une grâce royale annoncée mercredi, a constitué un signal positif du roi Mohammed VI qui réaffirme ainsi une ambition démocratique après les évolutions très contrastées de 2003. «Avec des décisions saluées par les organisations de défense des droits de l’Homme, au Maroc comme à l’étranger, le roi Mohammed VI a paru soucieux de corriger une impression de dérapage apparue dans le domaine des libertés publiques en 2003, notamment à la suite des attentats terroristes du 16 mai qui ont fait 45 morts à Casablanca», a annoncé l’AFP. Une autre action en faveur de la réconciliation au Royaume qui vient compléter d’autres initiatives tout aussi courageuses comme la question de la femme. L’AFP a fait remarquer que «l’année 2003 avait également été marquée par le début d’une évolution importante dans le domaine des droits de la femme. L’annonce – toujours par le roi Mohammed VI – d’un projet de réforme du statut de la famille doit se traduire par une profonde amélioration de la situation des femmes marocaines». Les mesures de grâce décidées, écrit l’AFP, concernent d’ailleurs, pour l’essentiel, des militants islamistes ou sahraouis incarcérés pendant le règne précédent. Elles ont, symboliquement, été annoncées le jour même de l’inauguration d’une nouvelle instance « Equité et Réconciliation », chargée de régler définitivement les dossiers des graves abus de l’époque. L’agence Reuters est également revenue sur la décision royale en soulignant que, dans un souci apparent d’améliorer la situation des droits de l’homme au Maroc, le Roi Mohammed VI a gracié mercredi 33 personnes, dont 28 détenus, y compris des extrémistes islamiques, des opposants politiques et des journalistes. Reuters a repris les déclarations du porte-parole du palais royal, du ministre marocain de la Justice et les réactions de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme, ayant oeuvré pour la libération des prisonniers politiques et la condamnation des auteurs d’assassinats ou d’actes de torture au Maroc, qui ont salué l’annonce de l’amnistie. Mais c’est la réjouissance de l’organisation «Reporters sans frontières» de la décision royale qui aura marqué les innombrables réactions. Cette même organisation qui s’était érigée en tant qu’instance dictant la conduite à suivre au gouvernement marocain, tout en s’immisçant dans des affaires très internes du pays, remercie le Roi du Maroc. «Reporters sans frontières remercie le Roi Mohammed VI pour la libération d’Ali Lmrabet et Mohammed El-Hourd», a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Et de l’avis de plusieurs observateurs internationaux qui s’intéressent de très près au Maroc, l’amnistie est sans aucun doute destinée à permettre à la commission d’équité et de réconciliation d’entamer son travail dans les meilleures conditions. Le doute n’est plus permis quant au fait que les problèmes d’atteintes aux droits de l’homme appartiennent désormais au passé et le Maroc est dorénavant un Etat propre.

Articles similaires

ActualitéCouvertureUne

Industrie du futur, c’est maintenant ou jamais pour le Maroc !

Le développement fulgurant des nouvelles technologies révolutionne l’industrie. Alors que des puissances...

CouvertureSociétéUne

Population, santé, conditions d’habitation… Le HCP livre son bilan sur les indicateurs sociaux

Le HCP signale une baisse continue du taux d’accroissement global et naturel...

CouvertureEconomieUne

Le Maroc se lance dans la production d’avions-cargos

Des géants américains de l’aéronautique annoncent un accord pour l’installation d’une zone...

CouverturePolitiqueUne

Le Code de déontologie parlementaire bientôt adopté

Les deux Chambres ont ouvert vendredi dernier la session du printemps