Accueil Couverture Le Maroc se lance dans l’industrie ferroviaire
CouvertureUne

Le Maroc se lance dans l’industrie ferroviaire

Si les investissements sont généralement très lourds dans ce domaine et les marchés fortement concurrentiels, les responsables espèrent attirer les potentiels investisseurs grâce aux carnets de commandes locales. Un engagement a déjà été pris pour acquérir pas moins de 80 trains auprès de la future unité de construction.

Après l’aéronautique et l’automobile, le Maroc prend le train de l’industrie ferroviaire. Le Royaume se fixe ainsi pour objectif de se doter d’un écosystème national de industrie ferroviaire à court et moyen termes. Pour ce faire, les responsables veulent attirer des investisseurs étrangers pour poser les jalons de cette industrie au niveau national. Concrètement, il est question, selon les données du ministère du transport et de la logistique, de construire une unité industrielle spécialisée dans la fabrication des trains. Si les investissements sont généralement très lourds dans ce domaine et les marchés fortement concurrentiels, les responsables espèrent attirer les potentiels investisseurs grâce aux carnets de commandes locales. Un engagement a déjà été pris pour acquérir pas moins de 80 trains auprès de la future unité de construction. Ce n’est pas tout. La commande locale peut même être portée à 100 trains. L’autre défi face à ce projet concerne la mise en place d’un tissu d’entreprises capables de répondre à la demande de cette industrie selon les derniers standards de qualité et de sécurité et dans les meilleurs délais. Il est également question d’intégrer ce futur projet dans la vision plus globale de la promotion des activités industrielles et le développement de technologie et produits «made in Morocco». C’est pour cette raison que le ministère de tutelle veut atteindre un taux d’intégration locale progressivement de 60%. Pour mettre le projet de construction de cette unité industrielle spécialisée dans la fabrication des trains sur les rails, les premières mesures ont déjà été envisagées. Dans ce sens, un appel à manifestation d’intérêt a été annoncé à destination des sociétés internationales spécialisées dans l’industrie ferroviaire. Des premiers contacts auraient déjà être établis avec des acteurs et opérateurs de renom habitués de grands marchés en Europe et dans la région. Les prochaines années le Maroc sera très actif dans ce marché et entend bien profiter d’une bonne partie de la manne d’argent qui sera investie pour le développement des réseaux ferrés et surtout le lancement de nouveaux projets gigantesques. Il s’agit bien évidemment du chantier tant attendu de la future Ligne à grande vitesse (LGV) Casa – Marrakech – Agadir. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie globale à moyen et long termes pour connecter l’ensemble du territoire national au réseau ferroviaire avec l’objectif d’atteindre à terme un réseau global de 1.300 km et de desservir 43 villes contre 23 actuellement. Plus loin encore, l’objectif est d’augmenter la part de marché du ferroviaire dans le transport des voyageurs à 87% contre 51% pour le moment en plus de la création de 10 pôles régionaux de correspondance pour l’amélioration et l’organisation ainsi que la convergence des différents modes de transport. Le même plan ambitionne à terme de connecter pas moins de 14 ports au réseau ferroviaire en plus de 10 aéroports, en harmonie avec la stratégie nationale visant à accompagner le développement portuaire, industriel et logistique du pays. Les enjeux économiques sont importants et le Maroc entend bien en profiter.

C’est le titre de la boite
L’autre défi face à ce projet concerne la mise en place d’un tissu d’entreprises capables de répondre à la demande de cette industrie selon les derniers standards de qualité et de sécurité et dans les meilleurs délais.

LGV Rabat -Fès

Les responsables travaillent également sur le projet de Ligne à grande vitesse reliant Rabat à la capitale spirituelle, Fès. Il s’agit d’une composante importante du plan de développement du transport ferroviaire au Royaume. Dans ce sens, une première étape a été réalisée concernant les études d’un premier tracé reliant Rabat à Meknès via Khemisset. Concrètement, il a été question de l’étude de faisabilité, l’étude d’impact environnemental et social du projet ainsi qu’une étude des perspectives de la mobilité des voyageurs et des marchandises à travers la ligne Rabat-Fès au cours des années de l’exploitation de cette même ligne et enfin une étude du rendement socio-économique du projet. La prochaine étape concerne la réalisation des études d’exécution en plus du montage financier pour le projet. Le Maroc entend capitaliser sur le succès de la première Ligne à grande vitesse reliant Casa à Tanger. Al boraq a compté en 2021, 100% de nouveaux adeptes en transportant 2,4 millions de passagers, contre 1,3 million de voyageurs en 2020 et le chiffre d’affaires généré a suivi la même tendance en s’établissant à 317 MDH en 2021 contre 165 MDH en 2020 (soit 100%).

C’est le titre de la boite
Financement

La Banque européenne d’investissement (BEI) accorde un prêt de 200 millions d’euros, soit l’équivalent de 2,1 milliards de dirhams à l’opérateur national des chemins de fer. Ce financement représente en effet 80% d’une enveloppe globale de 250 millions d’euros pour soutenir le plan d’investissement pour ce dernier.
Les 50 millions d’euros (527 millions de dirhams) restants sont prévus pour une signature en 2023. Ce projet signé dans le cadre du Partenariat vert avec le Royaume, conclu le 18 octobre 2022 à Rabat, représente également le premier partenariat signé dans le cadre de la dimension extérieure du Green Deal européen. Le prêt financera en particulier des projets du programme national de réhabilitation et de mise à niveau du réseau ferroviaire marocain, tels que des infrastructures, des équipements et des ateliers industriels. Il contribuera notamment au renouvellement et à la remise en état des voies, d’ouvrages d’art et d’installations de traction électrique, ainsi qu’à l’amélioration des systèmes de signalisation, de télécommunication et de sécurité du réseau ferroviaire.

Articles similaires

Alerte météo: La vague de froid se poursuit jusqu’au jeudi

Un temps froid avec des températures minimales entre -8 et 3°C et...

Le Maroc rouvre son ambassade à Baghdad

Le Maroc a rouvert samedi son ambassade à Baghdad. La cérémonie d’inauguration...

Commission des investissements : Des projets de plus de 28 MMDH approuvés vendredi

12 projets de conventions et 14 avenants ont été examinés ainsi que...

Dévoilé à l’occasion de sa journée mondiale : Un ouvrage inédit sur les enjeux numériques pour la douane

Les cyberfraudeurs réagissent très rapidement aux évolutions des législations, des règlements et...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie