Maroc : Conseillers agricoles, un gisement d’emplois

Maroc : Conseillers agricoles, un gisement d’emplois

Le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime ne lésine pas sur les moyens en matière de développement agricole. En effet, face à une nécessité qui se faisait de plus en plus grande, il vient de diffuser, à travers le Secrétariat général du gouvernement (SGG), un projet de loi relatif à l’organisation de la profession de conseiller agricole. Il s’agit d’un projet de loi qui s’inscrit dans le cadre des mesures d’accompagnement de la stratégie agricole «Plan Maroc Vert», qui a pour vocation d’imprimer au secteur agricole une dynamique d’évolution harmonieuse et irréversible à travers une valorisation des territoires et une mise à niveau des agriculteurs.

Aussi, étant donné que cette nouvelle vision du développement ne peut être adoptée dans le contexte actuel caractérisé par des restrictions budgétaires, l’essoufflement des structures d’encadrement et l’insuffisance des ressources humaines, ce projet de loi vient à point nommé.

Dans ce sens, la note de présentation dudit projet de loi explique que ce dernier prend en considération deux volets. D’une part, l’intérêt manifesté par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime et les acteurs locaux pour le développement agricole considéré comme l’un des leviers pour l’amélioration des revenus des agriculteurs. Et autre part, les ressources humaines des services publics œuvrant pour le développement agricole et rural qui connaissent actuellement de profonds changements par rapport au passé, du fait de plusieurs facteurs dont notamment le vieillissement du personnel, la faiblesse des possibilités de recrutement et la demande de plus en plus forte du secteur agricole pour un encadrement de proximité et de meilleure qualité.

Et c’est justement ce qui a motivé la mise en place d’un nouveau «dispositif d’accompagnement et de conseil», capable d’assurer un encadrement de proximité  adéquat basé sur un corps professionnel de conseiller agricole. Aussi, l’instauration de la profession de conseiller agricole constitue ainsi l’expression de la volonté du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime de répondre aux impératifs des nouveaux enjeux que connaît le Maroc.

En bref, la nouvelle profession de conseiller agricole trouve toute sa légitimité dans l’opportunité politique offerte par le «Plan Maroc Vert» pour l’amélioration de la qualité des services d’encadrement et les avancées atteintes par la recherche et les professionnels en matière de diversification des productions agricoles et qui nécessitent l’amélioration des approches et des connaissances des cadres chargés de l’encadrement.

Dans le même sillage, on retrouve l’efficience du système d’encadrement actuel qui se trouve largement affecté par l’insuffisance des moyens humains, budgétaires et par conséquent ne peut répondre aux besoins des différents acteurs et l’importance de l’instauration d’un interlocuteur unique ou spécifique à une problématique donnée pour l’agriculteur et sa disponibilité au niveau de toutes les zones agricoles.

Ainsi, une nouvelle profession verra le jour avec l’adoption de ce projet de loi accompagnant ainsi le développement agricole du pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *