Maroc-Turquie : Un libre-échange de façade

Maroc-Turquie : Un libre-échange de façade

Quand on examine les chiffres des échanges entre le Maroc et la Turquie, et plus précisément depuis la signature de l’accord de libre-échange en 2006, les chefs d’entreprises marocains ont de quoi être fâchés.

Ainsi, depuis 2006, le flux de marchandises en provenance de Turquie a triplé pour atteindre aujourd’hui quelque 800 millions de dollars en moyenne par an. En même temps, les exportations marocaines vers la Turquie sont de 214 millions de dollars seulement, soit un déficit inquiétant de presque 600 millions de dollars en faveur de la Turquie.

Et si les entreprises marocaines n’arrivent toujours pas à percer sur le marché turc ce n’est pas faute d’avoir essayé. Il faut savoir que les Turcs n’appliquent les principes du libre-échange qu’en façade. Dans la réalité, le marché est plus que verrouillé à travers des barrières non tarifaires.

Pour exemple, un exportateur marocain a besoin de 40 jours en moyenne pour traverser les contrôles de douanes turques. Autre exemple de techniques protectionnistes utilisées : les normes. Il en existe aujourd’hui plus de 33.000 en Turquie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *