Couverture

Moujahid «descend» Lmrabet

ALM : Pourquoi avoir adressé une mise au point à «El Mundo»?
Younès Moujahid :
Dans son article, Ali Lmrabet s’est attaqué à tout un corps journalistique, à savoir la MAP, en accusant  ses correspondants d’être des «flics». Une accusation intolérable, qui porte atteinte à toute une institution et, partant, à toute la profession. Secundo, ces gens-là  et d’autres sont aussi des responsables syndicaux qui ont toujours   défendu la liberté d’expression et de l’exercice journalistique. Connus pour leur militantisme, certains, que Lmrabet accuse sans vergogne d’être des espions,  ont œuvré pour une presse libre et indépendante à un moment où l’action syndicale était synonyme de  danger.

Pensez-vous que votre mise au point sera publiée ?
Nous l’espérons. Mais nous sommes presque sûrs qu’elle ne le sera pas. Chacun sait  le peu de cas que fait un journal comme «El Mundo» de la déontologie. Nous connaissons également l’antimarocanisme de ce quotidien. C’est pour cela que nous avons diffusé notre mise au point auprès de la presse nationale.

Comptez-vous entreprendre d’autres actions ?
Solidaires jusqu’au bout avec nos confrères, nous appuierons toutes leurs demandes pour demander réparation. Lmrabet devrait réfléchir à  réparer la faute grave qu’il a commise à leur égard. D’autant que parmi les journalistes attaqués, certains, en leur qualité de membres du syndicat, dont  Ali Sfaoui, secrétaire général de la section Rabat du SNPM à l’époque où Lmrabet était en grève de la faim, ont été derrière les manifestations de soutien dont il a bénéficié. Saïd Ida Hassan, journaliste à la MAP, membre du SNPM et d’Amnesty International-section Maroc n’est autre que celui qui a recueilli  les propos de Lmrabet après sa sortie de prison et les a publiés dans une dépêche.

La mise  au point parle d’une recherche de vedettariat et d’une ignorance de Lmrabet des réalités marocaines…
Au lieu de s’intéresser à la dynamique réelle que connaît le Maroc, toutes catégories confondues, le journalisme compris, Ali Lmrabet passe son temps à descendre tout le pays en flammes. En cela il travaille non seulement en dehors, mais tout à fait contre cette dynamique. Une dynamique obtenue notamment grâce à un effort collectif, mené par des gens  qui travaillent à l’intérieur comme à l’extérieur des rédactions, au service de leur profession et de leur société. Cela, Lmrabet semble l’ignorer. 

Articles similaires

ActualitéCouvertureUne

Data center, TélécomS…le Maroc active un plan d’action

Mobilisation générale pour mettre aux normes les infrastructures de télécommunications au Maroc...

ActualitéCouvertureUne

Centrale nucléaire au Maroc : Le match USA, France et Russie

Paris rejoint Washington et Moscou dans la course proposant d’équiper le Maroc...

CouvertureEconomieUne

«Morocco now» met le cap sur l’Allemagne

Roadshow d’une délégation menée par le ministre de l’investissement ainsi que le...

ActualitéCouvertureUne

Les relations UE-Maroc à la croisée des chemins ?

Taxe carbone, attaques contre le «Made in Morocco», accord agricole, montée de...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus