Couverture

Pas d’amalgame

ALM : Mardi, vous avez voté, en commission, le texte sur le terrorisme. Pensez-vous que cette nouvelle loi peut dissuader les auteurs d’actes semblables à ceux que vient de vivre Casablanca ?
Abdellah Cherkaoui : D’abord, avant de dire si oui ou non cette nouvelle loi peut mettre un terme aux attentats terroristes, il y a lieu d’abord de condamner fermement les actes criminels qui ont endeuillé Casablanca. Des actes que tout citoyen digne de ce nom, respectueux des valeurs de son pays ne peut que condamner avec la plus ferme énergie.
Les partis politiques, les syndicats et les organisations de la société civile doivent se mobiliser pour bloquer ces dérives fascisantes et qui n’ont pas à se développer chez nous.
L’ensemble de la classe politique et syndicale, l’ensemble des acteurs de la société civile doivent faire face à tous ceux qui veulent déstabiliser le pays, retarder son développement et bloquer sa marche démocratique.
Quant au texte que notre commission à la chambre des conseillers a voté à l’unanimité, il faut dire qu’il est venu en son temps. Ceci étant, aucune approche strictement sécuritaire ne peut résoudre le problème des actes terroristes. Il faut une vision globale pour que l’on puisse vaincre les actes terroristes.

Que peut englober cette vision, selon vous ?
Vous savez que le Maroc connaît bien de problèmes sociaux. Et vous n’êtes pas sans savoir que ceux qui ont perpétré les attentats de Casablanca sont issus des quartiers périphériques. Des quartiers marginaux. Ils sont jeunes non instruits, vivant si l’on veut en marge de la société. Il faut donc repenser tout cela pour trouver des solutions adéquates aux problèmes sociaux et minimiser les chances d’implantation des réseaux extrémistes.
C’est vrai que l’approche sécuritaire ne peut régler ce genre de situations, mais il ne faut pas non plus faire des amalgames. Tous ceux qui visent la stabilité du pays et veulent miner son processus de développement doivent être pourchassés et punis sévèrement.
Il faut tirer les leçons du passé, des déchirements partisans, de l’émiettement de la scène politique et syndicale pour aller de l’avant avec un esprit novateur. Il y avait des signes d’irresponsabilité et de laisser-aller que les politiques n’ont pas pu prendre en compte. Le résultat est là.

La marche que vous comptez organiser dimanche en tant que majorité coïncide avec celle du Front contre le terrorisme. N’est-il pas judicieux de réunir les efforts de tout le monde.
Aujourd’hui, jeudi, il y aura une réunion de consultation et de concertation entre l’ensemble des organisations concernées. Tout le monde est convaincu que le temps n’est pas à la division et qu’il faut éviter toute polémique à ce sujet. D’autant plus qu’on est tous acquis à la cause de défendre notre pays contre les terroristes et les anti-démocrates.
Nous croyons fermement en cela et nous allons tout faire pour que la marche de Casablanca soit la marche de tout le Maroc et tous les Marocains.

Articles similaires

ActualitéCouvertureUne

Data center, TélécomS…le Maroc active un plan d’action

Mobilisation générale pour mettre aux normes les infrastructures de télécommunications au Maroc...

ActualitéCouvertureUne

Centrale nucléaire au Maroc : Le match USA, France et Russie

Paris rejoint Washington et Moscou dans la course proposant d’équiper le Maroc...

CouvertureEconomieUne

«Morocco now» met le cap sur l’Allemagne

Roadshow d’une délégation menée par le ministre de l’investissement ainsi que le...

ActualitéCouvertureUne

Les relations UE-Maroc à la croisée des chemins ?

Taxe carbone, attaques contre le «Made in Morocco», accord agricole, montée de...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus