Monde

Abou Gharib : le geste des américains

© D.R

L’armée américaine a récemment annoncé avoir libéré un millier de détenus de la prison d’Abou Gharib et ce en l’espace de trois jours seulement. Selon les Américains, cette opération de grande envergure a été faite sous la demande du gouvernement irakien. Les détenus, libérés entre le 24 et le 27 août, appartiennent à différentes communautés du pays. Cependant, la majorité sont des sunnites. Selon l’armée, ils ont été emprisonnés dans différents centres de détention du pays avant d’être transférés à Abou Gharib , à la sortie ouest de Bagdad.
D’après un communiqué des forces américaines, les détenus libérés ne sont pas coupables de crimes violents, d’utilisation de bombes, de torture, d’enlèvement, ou de meurtre. Le communiqué ajoute que tous les prisonniers libérés ont reconnu leurs crimes, ont renoncé à la violence et ont promis d’être de bons citoyens de l’Irak démocratique.
Cette libération intervient à un moment où le comité de rédaction de la constitution irakienne sera présenté au Parlement sans le soutien des sunnites.
Ces derniers ont indiqué clairement que leur groupe n’accepte pas le texte. Les sunnites qui représentent 20% du Parlement, estiment que le texte ne satisfait pas totalement à leurs demandes, notamment d’un Irak non fédéral.
En libérant des détenus irakiens, les Américains s’attendent-ils à un apaisement des esprits des sunnites ? Fort probable. En effet, le problème de la détention des sunnites dans les prisons en Irak avait été évoqué lors d’une rencontre le 13 août entre le chef d’Etat Jalal Talabani et Adnane Al-Doulaïmi, responsable d’une association de défense des intérêts de la communauté sunnite.
«Nous avons discuté de plusieurs questions concernant le respect des lois et de la libération des détenus non coupables et du respect des lieux saints chiites et sunnites», avait indiqué M. Talabani après la rencontre. Pour sa part, M.Doulaïmi avait indiqué que le chef d’Etat avait promis d’intervenir pour faire libérer des détenus. Un responsable sunnite, Saleh al-Motlak, lors d’une récente rencontre avec M.Talabani, a indiqué que ce dernier avait donné son accord pour libérer de nombreux détenus avant le 15 octobre, date du référendum constitutionnel.
La prison d’Abou Gharib avait été construite en 1970 sous le régime de Saddam Hussein. Elle était célèbre pour les tortures et les exécutions qui y étaient pratiquées.
En avril 2004, cette même prison a été au centre d’un immense scandale suite à la publication par la presse américaine de photos montrant des détenus humiliés par des officiers de l’US Army. Ces militaires faisaient subir aux détenus des tortures dignes d’un roman du Marquis de Sade. Aussitôt publiées, les images ont ensuite fait le tour du monde suscitant l’indignation de la communauté internationale en général et celle du monde arabe en particulier.
En Irak, la réaction au scandale d’Abou Gharib a été à la fois sanglante et macabre. Quelques jours après, un jeune Américain a été enlevé et décapité. La scène intégrale de son exécution a été diffusée sur le Net. Depuis, les actes d’enlèvement dans ce pays se sont multipliés. Le phénomène prendra une ampleur effrayante. Parallèlement, les autorités américaines ont ouvert une enquête. Mais avec le temps, les Américains semblèrent vouloir enterrer l’affaire ; disculpations de hauts responsables, des peines minimales… Bref, le dossier sombra petit à petit dans les oubliettes.
Une année plus tard, la prison a fait l’objet d’une attaque suicide dans laquelle au moins 44 soldats américains et 12 prisonniers ont été blessés et un rebelle tué. L’attaque a été revendiquée par le groupe d’Abou Moussab al-Zarqaoui, chef du réseau terroriste d’Al-Qaïda en Irak.

Articles similaires

MondeUne

L’Agence Bayt Mal Al Qods remet des équipements à l’hôpital « Le Croissant Rouge » à Al Qods

Dans le cadre de l’opération humanitaire ordonnée par Sa Majesté le Roi...

MondeUne

La France mène la course à fin septembre

La répartition des IDE par secteur laisse apparaître une prédominance des activités...

ActualitéMondeUne

M. Akhannouch participe à Bruxelles au Forum « Global Gateway »

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, accompagné du ministre des Affaires étrangères,...

MondePolitiqueUne

Aziz Akhannouch s’entretient à Bruxelles avec la Présidente de la Commission européenne

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, s’est entretenu, mardi à Bruxelles, avec...