Monde

Algérie : Retour en force du FLN

En poste depuis le 26 août 2000, le Premier ministre algérien Ali Benflis, 58 ans, a été reconduit samedi par le président algérien Abdelaziz Bouteflika, quelques minutes après lui avoir présenté sa démission et celles de ses ministres conformément à l’article 86 de la Constitution algérienne. Benflis dont le parti, le Front de libération nationale (FLN), dispose d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale avec 199 députés sur 389, a été chargé de «constituer une nouvelle équipe gouvernementale à la lumière des résultats du scrutin du 30 mai» et de continuer avec ses ministres à «gérer les affaires courantes jusqu’à la formation du nouveau gouvernement». Il a déjà entamé ses premières consultations. Qualifié d’homme de confiance de Bouteflika, il compte constituer «dans les prochains jours» son équipe pour, dit-on, s’atteler à trois missions principales. La première qualifiée d’«urgente» : trouver des solutions à la question de la Kabylie. La deuxième : mettre le cap sur le développement économique. La troisième : donner un prolongement sur le terrain à tous les grands projets adoptés ou en suspens, comme la réforme de l’éducation, celle des structures de l’Etat et le foncier.
Une autre source proche de la présidence affirme que la gestion de la situation de la crise en Kabylie et des responsables politiques qui ont encouragé le boycott du scrutin n’est pas du ressort «exclusif» du gouvernement que formera Benflis. En clair, cela veut dire que les critères qui prévaudront au choix du prochain ministre de l’Intérieur ne seraient pas encore arrêtés.
On hésite encore entre un partisan de la fermeté et un partisan de la négociation. Selon le quotidien «Le Matin», Ali Benflis compte faire appel pour quelques «portefeuilles techniques» à des représentants du Rassemblement national démocratique (RND), du Mouvement pour le renouveau national (MRN), du Mouvement de la société pour la paix (MSP, ex-Hamas) et du Parti des travailleurs (PT) qui ont respectivement 48, 43, 38 et 21 sièges à l’Assemblée nationale. De même que l’on n’exclut pas l’entrée de « quelques personnalités indépendantes » dans le prochain gouvernement. Pour sa part, le quotidien «Le Soir d’Algérie» écrit que le gouvernement sortant chargé de gérer les affaires courantes aura à durer jusqu’à juillet prochain, à en croire une source assez bien informée. Cela, ajoute-t-il, en raison des échéances qui pointent à l’horizon. Notamment le sommet de l’Union du Maghreb arabe qu’abritera l’Algérie les 21 et 22 juin en cours ainsi que la proclamation officielle des EUA (Etats unis d’Afrique) qui viendra en substitution à l’OUA prévue, elle, le 8 juillet à Addis Abeba.
Cette marge de temps sera, par ailleurs, suffisamment exploitée afin de mener les tractations pour la constitution d’une nouvelle coalition. Une coalition qui sera largement dominée par le FLN. Ali Benflis, ajoute le journal, dirigera ainsi une équipe gouvernementale majoritairement acquise à lui-même s’il est à prévoir que Bouteflika équilibre la tendance avec « ses éléments» du FLN. Mais quoi qu’il en soit, et avec 56% des sièges à l’Assemblée, l’ex-parti unique fera la pluie et le beau temps dans les cinq années à venir.
Une situation de majorité absolue qui procure au leader du parti un surcroît de pouvoirs. En l’état actuel des choses, soit au lendemain des législatives, Benflis a d’ores et déjà réussi à surclasser son alter ego du RND, Ahmed Ouyahia. L’ex-parti unique qui a parrainé, le premier, la candidature de Abdelaziz Bouteflika en 1999, aura, en 2004, à contrôler en amont et en aval l’ensemble du processus électoral en cas de triomphe dans les mêmes proportions, aux élections locales en novembre.
Un cas de figure qui multipliera considérablement les chances de Benflis en 2004 dans un éventuel duel avec Bouteflika…

Articles similaires

ActualitéMondeUne

M. Akhannouch participe à Bruxelles au Forum « Global Gateway »

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, accompagné du ministre des Affaires étrangères,...

MondePolitiqueUne

Aziz Akhannouch s’entretient à Bruxelles avec la Présidente de la Commission européenne

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, s’est entretenu, mardi à Bruxelles, avec...

ActualitéMondeUne

Bande de Gaza: le Maroc appelle à une réunion d’urgence du Conseil de la Ligue Arabe

Sur Instructions de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, le...

MondeUne

Lancement du projet «Accélérateur efficacité énergétique industrielle au Maroc»

La Société d’ingénierie énergétique(SIE) en partenariat avec le ministère de la transition...