Monde

Égypte : Gomâa promet la liberté

© D.R

"On étouffe depuis 24 ans, l’Egypte doit respirer la liberté" : Noomane Gomâa, chef du néo-Wafd, a proclamé à Port Saëd, sur la Méditerranée, que lui seul peut apporter cette bouffée d’air. Candidat presque malgré lui, poussé par ses pairs du mouvement wafdiste, le grand parti nationaliste égyptien, ce juriste de 70 ans a commencé, sans grands effets rhétoriques, sa campagne présidentielle pour l’élection du 7 septembre.
C’est à Port Saëd, à l’embouchure du canal de Suez, ville-phare du Wafd, qu’il a réuni deux mille personnes, en très grande majorité des hommes, sur une place presque partout ceinturée de portraits du président Hosni Moubarak. Personne n’imagine qu’il puisse supplanter le président sortant, au pouvoir depuis un quart de siècle.
Qu’il arrive en deuxième position, devançant le médiatique Ayman Nour, semble en revanche probable pour les observateurs. S’il dénonce les abus autoritaires du pouvoir, réclame la fin de l’état d’urgence, et promet un nouvel âge d’or à Port Saëd, avec la reprise d’une zone franche, Noomane Gomâa n’est pas du genre à enflammer les foules. Un crieur du Wafd en sueur lance un nouveau slogan: "Port Saëd n’a qu’un raës, et c’est toi Noomane". Alors, celui-ci brusquement s’enhardit et lance à la foule: "Prends ton chapeau Moubarak et rentre chez toi".  Pour lui, l’Egypte doit d’abord retrouver une vie démocratique et en finir avec la loi d’urgence instaurée depuis l’assassinat du président Anouar el Sadate, en 1981. "Jamais la sécurité n’a été assurée par de telles législations", dit-il, accusant le régime Moubarak d’être indirectement responsable des attentats terroristes qui ont ensanglanté le Sinaë depuis un an et demi.
Après un attentat à Taba en 2004, les services de sécurité ont déclenché une grande vague de répression contre les bédouins de cette péninsule désertique. "Cela n’a pas empêché de nouveaux crimes, au contraire, cela les a favorisés", a-t-il affirmé. En juillet, un nouvel attentat qui a causé la mort à près de 70 personnes, a été perpétré à Charm-el Cheikh, à pointe sud du Sinaë.
Alors que le Wafd a été le grand parti bourgeois de la lutte pour l’indépendance nationale contre les Anglais, M.Gomâa entend désormais être l’avocat des pauvres.
"Nous sommes le parti des djellabahs bleues, le parti des pauvres et non le parti des pachas", a-t-il prétendu, avant de reprocher à M. Moubarak "d’ignorer la volonté nationale au profit des intérêts des puissants".
Ce qui, à défaut de faire vibrer l’assistance, pousse le crieur à s’emparer de son mégaphone pour reprendre le slogan principal de M.Gomâa : "Ensemble, on va changer l’Egypte, et pour de vrai". Le néo-Wafd, à la différence du parti Ghad de M.Nour, ne s’est pas lancé à la quête des voix des Frères musulmans, considérés comme l’opposition la mieux implantée à travers le pays. Le parti ne dispose que de cinq députés au Parlement sur 454.
"Nous respectons tout le monde, des gauchistes aux islamistes, mais nous ne changerons pas de principe : nous sommes contre un parti sur une base confessionnelle, ce que veulent les Frères musulmans", a dit M.Gomâa à l’AFP.  Pour son entourage, il fallait absolument qu’il soit présent à ce scrutin et défendre les couleurs du plus ancien parti égyptien.
A gauche, les communistes du Tagammou, comme les Nassériens, qui boycottent le scrutin, se sont sentis trahis par cette décision. "Je suis désolé de dire que Gomâa jouera les comparses", a dit Abdallah al-Sennawi, rédacteur en chef du journal nassérien al-Arabi.
"Nous avons réuni le maximum du budget électoral autorisé, soit 10 millions de livres (1,4 million d’euros) dont 4 millions pour la publicité à la télévision: cela va nous assurer une audience sans précédent", a indiqué à l’AFP Moustapha Abbaza, vice-président du Wafd. Mais il s’attend au "traditionnel bourrage des urnes" au profit de M. Moubarak. Un scrutin libre et transparent ? "Cela serait une divine surprise", conclut M.Abbaza en levant les yeux au ciel.

• Alain Navarro (AFP)

Articles similaires

MondeUne

L’Agence Bayt Mal Al Qods remet des équipements à l’hôpital « Le Croissant Rouge » à Al Qods

Dans le cadre de l’opération humanitaire ordonnée par Sa Majesté le Roi...

MondeUne

La France mène la course à fin septembre

La répartition des IDE par secteur laisse apparaître une prédominance des activités...

ActualitéMondeUne

M. Akhannouch participe à Bruxelles au Forum « Global Gateway »

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, accompagné du ministre des Affaires étrangères,...

MondePolitiqueUne

Aziz Akhannouch s’entretient à Bruxelles avec la Présidente de la Commission européenne

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, s’est entretenu, mardi à Bruxelles, avec...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus