Le G7 et l’avenir de Bachar al-Assad en Syrie

Le G7 et l’avenir de Bachar al-Assad en Syrie

«Nous dénonçons le simulacre d'élection présidentielle du 3 juin: il n'y a pas d'avenir pour al-Assad en Syrie », c’est dans ces termes que les dirigeants des sept plus grandes puissances économiques mondiales ont qualifié l'élection présidentielle organisée en Syrie, mardi 3 juin 2014.

Dans une déclaration commune à l'issue de la première journée de leur somment à Bruxelles consacrée entièrement "aux défis de la politique étrangère", les responsables des grandes puissances ont insisté sur le fait qu'il n'y a pas d'avenir pour al-Assad en Syrie.

Les dirigeants des pays du G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada outre l'UE) ont affirmé vouloir toujours souscrire au "communiqué de Genève" qui appelle à la mise en place, par consentement mutuel, d'un gouvernement de transition doté des pleins pouvoirs exécutifs.



Ils ont aussi souligné  le bilan humain lourd en Syrie qui a fait plus de 160.000 morts et plongé quelque 9,3 millions de personnes dans le besoin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *