Le salaire minimum à 3.240 euros n’a pas la cote auprès des Suisses

Le salaire minimum à 3.240 euros n’a pas la cote auprès des Suisses

Les suisses ont rendez-vous pour un référendum sur l'instauration d'un salaire minimum fixé à 3.240 euros le 18 mai 2014. Mais d’ors et déjà l’initiative soutenue par la Gauche ne semble pas recueillir la faveur des Suisses. C’est ce qu’atteste un sondage de la Société suisse de radiodiffusion (SSR) publié, mercredi 7 mai 2014.

On y lit ce qui suit : « l'initiative pour la protection de salaires équitables  ne recueille que 30 % des intentions de vote, contre 64 % qui y sont défavorables. » Les Suisses doivent se prononcer le 18 mai sur cette initiative présentée par ses promoteurs comme « un bouclier face aux bas salaires et aux disparités ».

Mais c’est sans compter avec la forte résistance de la droite et le patronat.

A l'approche du vote, le texte suscite peu d'enthousiasme populaire, sachant que seuls 9 % des salariés perçoivent un revenu inférieur à 4.000 francs (3240 euros).

 D'après les experts, la faible proportion d'indécis (6 %) ne laisse pas entrevoir un éventuel renversement de la situation d'ici le 18 mai.

Selon les récentes études, le vote du 18 mai ne devrait pas bouleverser l'économie florissante de la Suisse. Un pays considéré par la Banque mondiale comme le plus cher au monde et où la majorité des salaires sont jugées convenables.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *