Monde

Terrorisme : Blair contre-attaque

© D.R

Les Britanniques n’ont pas pris à la légère les menaces du numéro deux d’Al Qaïda, Ayman al Zawahiri. À seulement vingt-quart heures après la diffusion de la vidéo par la chaîne qatarie Al-Jazira, le Premier ministre britannique, Tony Blair, s’est pressé d’annoncer de nouvelles mesures plus radicales pour lutter contre le terrorisme. Bien que ces mesures étaient programmées depuis quelques semaines, la vidéo d’Al Zawahiri ne fera qu’accélérer leur application. Il sera question de mesures rigoureuses. Des mesures qui n’ont pas manqué de semer l’inquiétude des milieux musulmans et associatifs. Blair a, pour sa part, justifié le recours à ce genre de disposition par le fait que le paysage n’était plus le même depuis les attentats de Londres. « Les premiers arrêtés d’expulsion interviendront sous peu. Que nul n’ait le moindre doute – les règles du jeu sont en train de changer », avait-il déclaré lors d’un point de presse. De nouvelles procédures d’expulsion ou d’exclusion des ressortissants étrangers qui appellent à la violence ou glorifient le terrorisme seront introduites. Parmi les dispositions concrètes, Blair a annoncé que toute personne impliquée de près ou de loin dans des affaires de terrorisme, il se verra automatiquement refuser le droit d’asile en Grande-Bretagne.
« Venir en Grande-Bretagne n’est pas un droit, demeurer ici implique un devoir. Ce devoir est de partager et soutenir les valeurs du ‘British way of life’ », a-t-il insisté.
Ce nouvel arsenal juridique fait partie d’un ensemble de textes dont certains seront adoptés d’ici la fin du mois. D’autres, qui ont un caractère législatif, seront présentés au Parlement à l’automne. Tony Blair a aussi affirmé que son gouvernement pourrait modifier la loi sur les droits de l’Homme. En effet, les textes régissant les droits de l’Homme en Grande-Bretagne ne facilitent pas l’expulsion de ceux qui incitent au terrorisme. Ces mesures ont été accueillies avec beaucoup de prudence et de réserves. En effet, Amnesty International, le maire de Londres Ken Livingstone et les principales associations musulmanes du Royaume Uni ont insisté sur la nécessité de respecter les droits de l’Homme.
L’association de défense des droits de l’Homme Liberty a critiqué en revanche les projets d’accord avec plusieurs pays, notamment avec l’Algérie, qui subordonnent l’expulsion de leurs ressortissants à l’assurance qu’ils ne seront pas maltraités de retour chez eux. « On ne peut pas faire confiance aux déclarations d’intentions faites par des gouvernements non démocratiques qui donnent de telles assurances», a estimé la présidente de l’association, Shami Chakrabarti.
«Les conditions de notre sécurité nationale ont aujourd’hui bien évidemment changé. Nous pouvons les remettre en question et, si nécessaire, nous pouvons amender la loi sur les droits de l’Homme, ce qui s’étend à l’interprétation de la loi par la justice britannique», a souligne Blair. Le Premier ministre a annoncé qu’il réclamerait aussi de nouveaux pouvoirs afin de fermer des lieux de culte transformés en foyers d’extrémisme et expulser tout étranger lié activement à des librairies ou à des sites Internet extrémistes.  En ce sens, Blair a annoncé que Londres a procédé à l’interdiction de deux groupes islamiques radicaux. Il s’agit en premier lieu du groupe Hizb ut-Tahri. Ce groupe se dit voué à la création d’un "califat islamique" centré sur le Proche-Orient. Selon le Conseil musulman de Grande-Bretagne, ce groupe n’est pas violent. Ils estiment que son interdiction le ferait basculer dans la clandestinité.
L’interdiction a concerné aussi une organisation qui a remplacé al Mouhadjiroun, qui avait "fêté" les attentats du 11 septembre 2001 et qui a été officiellement démantelée.
Pour éviter un éventuel effet boomerang, Blair a pris le soin d’assurer qu’il souhaitait coopérer avec la communauté musulmane et non pas de l’aliéner. Cependant, ses adversaires estiment qu’il est allé trop loin dans le difficile exercice d’équilibre entre liberté et sécurité.

Articles similaires

MondeUne

L’Agence Bayt Mal Al Qods remet des équipements à l’hôpital « Le Croissant Rouge » à Al Qods

Dans le cadre de l’opération humanitaire ordonnée par Sa Majesté le Roi...

MondeUne

La France mène la course à fin septembre

La répartition des IDE par secteur laisse apparaître une prédominance des activités...

ActualitéMondeUne

M. Akhannouch participe à Bruxelles au Forum « Global Gateway »

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, accompagné du ministre des Affaires étrangères,...

MondePolitiqueUne

Aziz Akhannouch s’entretient à Bruxelles avec la Présidente de la Commission européenne

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, s’est entretenu, mardi à Bruxelles, avec...