9ème congrès national du PPS: Nabil Benabdellah pressenti pour un 2ème mandat

9ème congrès national du PPS: Nabil Benabdellah pressenti pour un  2ème mandat

Après avoir été au nombre de 6, seuls 4 candidats ont mené la course pour le secrétariat général du PPS qui a tenu, du 30 mai au 1er juin à Bouznika, son 9ème congrès national. Il s’agit de Mohamed Nabil Benabdellah, Nouzha Skalli, Mohamed Grine et Saïd Saâdi.

Par contre, c’est le numéro un actuel du parti du livre qui est, selon des sources concordantes, pressenti pour un 2ème mandat au poste de SG. Les élections devaient avoir lieu au moment où nous mettions sous presse. Pour sa part, Saïd Saâdi a, selon des sources bien informées dans le parti, annoncé que s’il est élu à la tête du parti, celui-ci se retirera du gouvernement dirigé par le PJD.

Les deux autres candidats, étant Aziz Driouech et Abdelhafid Oualaâlou, ne remplissent pas les conditions de candidature, soit avoir 4 mandats au moins dans le comité central du parti, voire un programme électoral consistant. Chose qui se voyait, samedi, sur Abdelhafid Oualaâlou qui, au lieu de défendre sa candidature, tentait de mobiliser autour de lui des partisans pour s’opposer au mode d’élection du nouveau SG.

Il s’est même attaqué à des journalistes, dont celle d’ALM, en pointant du doigt leur manque de transparence et d’alignement au rang d’aucuns candidats. Ceci étant, le nombre de candidats au comité central a été fixé, dimanche matin, à 1.620, soit 75%. Les critères d’éligibilité à cette structure étant, entre autres, la représentativité au Parlement, aux secteurs socioprofessionnels, aux collectivités locales et le nombre d’années passées au parti.

Quant au nombre de congressistes, il a été fixé, samedi, à 2.137 qui ont approuvé, à la quasi-unanimité, les rapports du comité des délégations, des candidatures et du dépouillement, ainsi que celui du comité politique et de la stratégie et du comité économique, social, culturel et environnemental. Seuls 6 membres se sont opposés au rapport du comité du dépouillement. Dans le détail, 2.024 participants sont issus des délégations régionales réparties à travers le Royaume, 28 autres sont issus des organisations parallèles, 58 représentent des secteurs socioprofessionnels et 27 autres représentent les MRE, outre 3 congressistes qui représentent les anciens militants et les fondateurs du parti.

Ledit rapport précise que 11 % des participants font partie de la première génération des membres du parti, 7 % représentent la deuxième génération et 18 % la troisième, tandis que 64 % des participants font partie de la quatrième génération ayant adhéré au PPS après l’année 2000. Selon le rapport du comité des délégations, 64 % des congressistes âgés de moins de 35 ans sont des hommes et 35 % sont des femmes, alors que le plus jeune des congressistes est natif en 1998 alors que le plus âgé est né en 1931. Le rapport politique, adopté à la quasi-unanimité, a, quant à lui, salué la coalition avec le PJD, affirmant que la question de l’appartenance est une affaire constante et que les alliances revêtent une dimension dynamique. Chose qui a été, vendredi, rappelée par M. Benabdellah lors de l’ouverture des travaux du 9ème congrès du PPS.

  Le rapport du comité économique a donné un aperçu de la vision du parti concernant le modèle de développement qu’il convient d’appliquer au Maroc et qui repose sur une logique interne visant à répondre aux besoins des citoyens et réorienter le développement de manière à préserver l’équilibre entre les marchés intérieur et extérieur.
Pour rappel, la cérémonie d’ouverture du congrès a été marquée par la présence, entre autres, d’artistes sympathisant avec le parti à l’instar d’Abdelilah Ajil.   

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *