Aziz Akhannouch énumère les acquis

Aziz Akhannouch énumère les acquis

Plan Maroc Vert et programme de réduction des disparités territoriales et sociales

La stratégie agricole a réussi par ailleurs à dédoubler la valeur ajoutée du secteur la plaçant autour de 125 milliards de dirhams à fin 2018 contre 65 milliards de dirhams en 2008. La stratégie agricole ainsi que les enjeux du développement rural et de la justice sociale ont été au cœur de la séance plénière mensuelle consacrée à la politique générale tenue mardi 4 janvier 2022. A cet égard, le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, est revenu sur les principaux acquis du Maroc sur le plan agricole et rural, notamment ce qui a été réalisé dans le cadre du Plan Maroc Vert et du programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural. Retour sur les principales réalisations évoquées par le chef du gouvernement.

Des avancées socio-économiques portées par le Plan Maroc Vert

S’agissant de l’agriculture, M. Akhannouch a indiqué, chiffres à l’appui, que «le Plan Maroc Vert a constitué un véritable mécanisme de développement économique et social, notamment au profit des différentes catégories d’agriculteurs qui forment l’essentiel de la population rurale». Ainsi le chef du gouvernement évoque une hausse annuelle moyenne de 5,25% du Produit intérieur brut agricole contre 3,8% pour les autres secteurs. La stratégie agricole a réussi par ailleurs à dédoubler la valeur ajoutée du secteur la plaçant autour de 125 milliards de dirhams à fin 2018 contre 65 milliards de dirhams en 2008. Il a également indiqué que le secteur agricole a contribué, durant le déploiement du Plan Maroc Vert, à hauteur de 17,3% aux points de croissance économique nationale, contre une contribution de 7,3% observée au cours de la période 1998-2008. Le secteur a par ailleurs contribué à hauteur de 13% du produit intérieur brut et 13% des exportations, lesquelles se sont élevées en 2019 à environ 40 milliards de dirhams, soit 2,8 fois la valeur enregistrée en 2009 (14,2 milliards de dirhams). Sur le plan social, le Plan Maroc Vert a facilité l’accès des petits et moyens agriculteurs à 43 milliards de dirhams d’investissements.

De même, plus de 733.000 personnes ont bénéficié des projets du second pilier de la stratégie articulé sur l’agriculture solidaire dans les zones fragiles. On note dans ce sens la mise en place de 989 projets d’un budget global de 14,5 milliards de dirhams. De même, les programmes d’aménagement hydro-agricoles ont permis d’améliorer les revenus de plus de 190.000 petits et moyens agriculteurs, réalisant une valeur ajoutée pour chaque hectare irrigué comprise entre 5.000 et 10.000 dirhams par an. Se référant au chef du gouvernement, le Plan Maroc Vert a permis la création de 342.000 emplois supplémentaires, ainsi que l’augmentation du nombre de jours de travail par an pour chaque travailleur, passant de 110 à 140 jours/an. Et de rappeler que l’agriculture représente plus de 72% de l’emploi rural et contribue à la promotion de l’emploi et des revenus et à la lutte contre la pauvreté en milieu rural.

Inégalités territoriales : Plus de 5.000 projets de développement achevés à fin 2021

Pour ce qui est du développement rural, le chef du gouvernement a indiqué qu’à ce jour, 8.137 projets ont été lancés au niveau des collectivités territoriales relevant du milieu rural, dont 7.066 projets d’infrastructures et 1.071 opérations d’acquisition de véhicules (ambulances, unités mobiles, bus scolaires) et du matériel médical et scolaire. Aussi, 5.261 projets de développement liés à la lutte contre les inégalités territoriales et sociales ont été achevés à fin 2021. A ce propos, Aziz Akhannouch a indiqué que «la politique générale de l’État sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI a rendu possibles plusieurs acquis au profit du monde rural, notamment depuis le lancement par le Souverain de la 1ère phase du programme de réduction des disparités territoriales et sociales en 2017». Et de préciser que «cinq plans d’action annuels ont été lancés particulièrement pour le développement du milieu rural et des zones montagneuses avec un budget estimé à 35 milliards de dirhams, soit 70% du budget programmé jusqu’en 2023». Le chef du gouvernement a par ailleurs rappelé que le programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural a atteint la majorité de ses objectifs en matière de ciblage territorial.

Les plans d’action du programme ont ciblé 1.066 collectivités territoriales et 142 centres ruraux au profit de 14 millions d’habitants de la population rurale, ainsi que 59 communes urbaines connaissant des flux réguliers de cette population. Se référant à M. Akhannouch, les projets réalisés ont contribué, de manière significative, à l’amélioration du niveau de vie des habitants des communes bénéficiaires, en ce sens que la situation spatiale d’un nombre important de communes classées en priorités 1, 2 et 3 en 2016, en l’occurrence les collectivités territoriales isolées qui manquent de services sociaux de base et qui ont besoin d’investissements importants pour combler le manque dans plus d’un secteur, a été amélioré. Le chef du gouvernement a également souligné que ces projets ont permis l’intégration de 128 communes inscrites dans cette catégorie en 2017, parmi les communes classées en priorités 4, 5 et 6 (les communes qui disposent du minimum des services sociaux de base), selon l’indice d’accessibilité aux services de base. Notons qu’un total de 224 communes classées en priorités 1, 2 et 3 en 2016 sont passées aux priorités 5 et 6 en 2021, portant le total de cette catégorie à 725 communes contre 502 en 2016, soit une hausse de 44% du nombre de communes disposant de l’ensemble des services de base.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *