Benchaâboun et députés : Le face-à-face

Benchaâboun et députés : Le face-à-face

Austérité, loi de Finances rectificative, LPL, scénario de sortie de crise, aides aux entreprises et ménages

L’argentier du Royaume devra sortir le grand jeu pour convaincre l’opposition et la majorité des choix économiques et financiers durant les huit dernières semaines.

Les regards vont se tourner lundi prochain vers la Chambre des représentants. Et pour cause. Le ministre de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, est attendu au Parlement pour parler de l’économie en ces temps marqués par une crise profonde provoquée par la pandémie du coronavirus. Selon un ordre du jour non encore exhaustif, de nombreux dossiers seront passés au peigne fin.

L’argentier du Royaume devra sortir le grand jeu pour convaincre l’opposition et la majorité des choix économiques et financiers durant les huit dernières semaines. Austérité, loi de Finances rectificative, LPL, scénario de redémarrage, aides aux entreprises et ménages, déplafonnement des financements extérieurs, sont autant de dossiers qui risquent d’être soulevés par les parlementaires.

Sachant que les séances retransmises en direct à la télévision publique sont très suivies et commentées par les médias et les téléspectateurs (cas de l’intervention du ministre de la santé, Khalid Ait Taleb, lundi dernier devant les députés), le ministre de l’économie devra se montrer très pédagogue mais surtout persuasif. L’opposition composée par plusieurs groupes aiguise déjà ses couteaux. L’alternative écartée pour le moment par le ministre de l’économie et des finances concernant une loi de Finances rectificative sera présente lors du débat parlementaire à la Chambre basse lundi prochain.

Plusieurs parlementaires à commencer par ceux de l’Istiqlal (opposition) insistent sur le recours à cette alternative le plus vite possible. L’autre point d’achoppement concerne bien évidemment la décision de rationaliser fortement les dépenses. Ces mesures qualifiées d’austères viennent d’être adoptées par le gouvernement sur les conseils et recommandations de Mohamed Benchaâboun. Pourtant, cette orientation est loin de faire l’unanimité que ce soit dans le milieu politique ou dans le monde économique. Sur ce plan également, le ministre devra choisir les bons arguments pour convaincre à la fois partis politiques, monde du business et opinion publique d’une manière générale. Les parlementaires vont faire le point avec le ministre sur les mesures économiques à la fois en faveur des entreprises et des ménages.

En dépit du consensus très large rencontré par les mesures décrétées par le CVE (Comité de veille économique) dans lequel Benchaâboun est l’un des membres influents, la mise en œuvre de ces mesures s’est quelquefois accompagnée de certains couacs qui ont animé le débat public durant les dernières semaines. Aussi, la Chambre des représentants à travers la commission parlementaire permanente chargée des Finances et du développement économique avait élaboré un rapport sur les mesures économiques à prendre dans le cadre de la riposte publique sur le plan économique aux effets de la pandémie du coronavirus. Le point devrait également être fait concernant ce document avec l’argentier du Royaume qui sera questionné à coup sûr et de nouveau, au sujet du tirage par le Maroc de la ligne de précaution et de liquidité de trois milliards de dollars US auprès du Fonds monétaire international (FMI) sans oublier la décision gouvernementale de déplafonner le recours aux financements extérieurs au cours de l’exercice budgétaire en cours.

A noter enfin que la dernière apparition du ministre de l’économie et des finances à la première Chambre remonte à deux semaines où il a présenté devant les membres de la commission parlementaire chargée des finances le décret-loi autorisant le déplafonnement du recours à la dette extérieure. Ce fut une première manche pour Benchaâboun qui en est sorti vainqueur. En sera-t-il de même lors de la séance du lundi prochain? La séance promet déjà un face-à-face entre le ministre de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration et les parlementaires. Wait and see…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *