Cent jours après son investiture : Le gouvernement Akhannouch à l’heure du bilan

Cent jours après son investiture : Le gouvernement Akhannouch à l’heure du bilan

Protection sociale, emploi, poursuite des réformes…

Cent jours après l’investiture du gouvernement, et comme le veut la coutume, le temps est venu de faire un premier bilan des actions menées par la nouvelle équipe dirigée par Aziz Akhannouch, ayant comme point de mire de mener une métamorphose socio- économique à la hauteur des attentes des Marocains. Généralisation de la protection sociale, promotion de l’emploi, réduction des inégalités, amélioration du climat des affaires ou encore atténuation des effets d’une crise à la fois pandémique et économique pour ne citer que ceux-ci, sont autant de dossiers chauds posés sur la table du nouvel exécutif dès son installation. Dès lors, le gouvernement est à pied d’oeuvre pour concrétiser ses promesses et tenir ses engagements en droite ligne avec des recommandations du rapport général sur le Nouveau modèle de développement (NMD) mais aussi de son programme dévoilé devant les deux Chambres du Parlement, conformément à l’article 88 de la Constitution.

Généralisation de la protection sociale, une priorité absolue !

Le chantier royal de la généralisation de la protection sociale est l’un des projets phares auxquels s’attelle le gouvernement et y confère tout son engagement en vue de sa concrétisation dans les délais impartis. C’est dans ce sens que l’Exécutif oeuvre, depuis son installation, pour l’achèvement du dispositif juridique de ce chantier d’envergure pour élargir, de ce fait, la population qui sera à même de bénéficier des différentes modalités de la protection sociale au Maroc. Le Conseil de gouvernement a adopté jusqu’à présent quatre nouveaux projets de décrets dédiés à d’importantes catégories de professionnels, de travailleurs indépendants et de personnes non salariées. Ces nouveaux dispositifs porteront sur l’assurance médicale et le régime de pension au profit de près de 8 millions de Marocaines et Marocains, dont principalement 1,6 million d’agriculteurs, 500.000 artisans et 170.000 chauffeurs de taxis ainsi que leurs ayants droit. De manière globale, le gouvernement aura ouvert la voie à près de 11 millions de Marocaines et Marocains ainsi qu’à leurs ayants droit pour avoir accès à l’assurance et à la pension, avec les mêmes services et prestations de soins dont bénéficient les salariés du privé et les fonctionnaires du secteur public.

Emploi, une vision perspicace

La question de l’emploi, aussi épineuse qu’elle soit, occupe une place primordiale dans les plans d’action du gouvernement en y traçant une feuille de route claire et ambitieuse. En effet, le programme du gouvernement pour la période 2021-2026 tel qu’il avait été présenté par le chef du gouvernement, devant les deux Chambres du Parlement, prévoit entre autres la création d’au moins 250.000 emplois directs à travers un programme de petits et grands chantiers publics. Il vise également le lancement d’un programme de soutien aux initiatives individuelles et de financement de petits projets, tout en donnant un nouveau souffle au programme «Intelaka» et en assurant sa pérennité. Aussi, le gouvernement a lancé, dans le cadre du NMD, deux importants programmes dans le domaine de l’emploi et de la création d’entreprises visant particulièrement à lutter contre les répercussions socio-économiques de la pandémie du Covid-19 par la création d’opportunités d’emplois au profit de milliers de citoyens.

Il s’agit du programme «Awrach», doté de 2,25 milliards de dirhams (MMDH) pour la création, en 2022 et 2023, d’une activité professionnelle temporaire au profit de 250.000 personnes, et du programme «Forsa», avec un budget de 1,25 MMDH, visant à créer et à accompagner, sur une période de 5 ans, 12.000 entreprises. Dans le concret, l’Exécutif actuel, pour qui la promotion du climat des affaires et la promotion de l’emploi vont de pair, a tenu jusqu’à aujourd’hui quatre réunions de la Commission nationale des investissements. Ces sessions ont permis l’approbation de 31 projets de conventions et d’avenants pour un montant global de plus de 22,5 MMDH et la création de près de 11.300 emplois directs et indirects. Il est judicieux de rappeler que la 1ère Commission des Investissements de l’actuelle mandature a été tenue dans un court délai avec pour ambition de donner une forte impulsion à l’investissement. De même, la fréquence de la tenue de ces Commissions s’est vue intensifiée afin d’accélérer le rythme d’approbation des Conventions et répondre au mieux aux attentes des investisseurs marocains et étrangers et booster, par la même occasion, l’emploi.

La poursuite des réformes au rendez-vous

Les réformes de l’éducation, de l’administration ou encore de la fiscalité figurent aussi au menu des actions et engagements du gouvernement Akhannouch. En matière d’administration, et dans le cadre de la mise en oeuvre de la loi 55.19 relative à la simplification des procédures et formalités administratives, ce ne sont pas moins de 3.832 procédures administratives relevant de la compétence des administrations publiques qui viennent d’être recensées et examinées. Parmi elles 2.700 procédures ont été publiées sur le site «Idarati.ma» et 800 ont été retirées car sans fondement juridique. En matière de fiscalité, le gouvernement veille aussi à la mise en oeuvre optimale de la loi-cadre relative à la réforme fiscale de manière progressive, prenant en compte les mesures prioritaires qui seront appliquées dans un délai de 5 ans et ce, au regard du rôle de la réforme fiscale dans la promotion des investissements et l’accompagnement des chantiers de réformes économique et sociale. La LF-2022, après une série de discussions et amendements, apporte, pour sa part, un arsenal de mesures fiscales, lesquelles devront marquer le début de la mise en oeuvre des orientations et des objectifs de cette loicadre et ce, en cohésion avec le principe de la progressivité. Ces actions et bien d’autres donnent du ton au reste du mandat du gouvernement qui est amené à relever encore plus de challenges et oeuvrer à la concrétisation des recommandations formulées dans le cadre du NMD, le tout en parfaite harmonie avec les Hautes Orientations Royales.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *