C’est le budget prévu par le prochain PLF : Les élections de 2021 coûteront 1,5 MMDH

C’est le budget prévu par le prochain PLF : Les élections de 2021 coûteront 1,5 MMDH

Cette enveloppe fait partie, selon les responsables, des dépenses incompressibles. Il s’agit d’un budget important mais qui pouvait encore être plus conséquent.

Le compte à rebours semble déjà enclenché pour la tenue des prochaines élections. Alors que le scénario d’un report avait circulé un temps, le maintien du calendrier électoral pour l’année prochaine est maintenant acquis. Qui dit élections, dit également financement des campagnes électorales, logistique, bureau de vote, mobilisation exceptionnelle des ressources humaines et donc forcément un budget conséquent.

Dans ce sens, le gouvernement vient d’annoncer qu’une enveloppe budgétaire d’une valeur de 1,5 milliard de dirhams (MMDH) sera prévue dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF 2021) qui sera bientôt soumis au Parlement. Cette enveloppe fait partie, selon les responsables, des dépenses incompressibles. Il s’agit d’un budget important mais qui pouvait encore être plus conséquent. Et pour cause : ce n’est pas un seul scrutin mais plusieurs qui devraient avoir lieu en 2021. En effet, tous les instances élues devront être renouvelées avant le mois d’octobre 2021 pour permettre le démarrage d’une nouvelle législature selon les délais et mécanismes prévus par la Constitution du pays. Si les textes électoraux devront subir quelques modifications, parmi les amendements les plus attendus il y a notamment le jour de l’organisation des élections. Depuis des décennies, un choix a été fait pour organiser les élections un vendredi. Cette date pourrait bien changer pour permettre à un grand nombre d’électeurs de voter.

Ce n’est pas tout. Pour des raisons de logistique et de budget, le scénario le plus plausible concerne l’organisation de toutes les élections (législatives, communales, régionales) au cours de la même journée. Seules les élections de la Chambre des conseillers devront attendre puisqu’il s’agit d’un scrutin à suffrage indirect avec la participation de grands électeurs (élus locaux et des Chambres professionnelles). Le mois de l’organisation des élections n’a pas encore été fixé mais généralement, elles sont organisées entre juin et septembre. Ces détails devraient faire un consensus entre le ministère de l’intérieur et les partis politiques.

Depuis quelques semaines, des concertations ont été lancées pour débattre des visions de chaque partie pour l’organisation de ces élections. Selon l’article 62 de la Constitution, les membres de la Chambre des représentants sont élus pour cinq ans au suffrage universel direct. La législature prend fin à l’ouverture de la session d’octobre de la cinquième année qui suit l’élection de la Chambre. Le nombre des représentants, le régime électoral, les principes du découpage électoral, les conditions d’éligibilité, le régime des incompatibilités, les règles de limitation du cumul de mandats et l’organisation du contentieux électoral sont fixés par une loi organique. Selon l’article 63, la Chambre des conseillers comprend au minimum 90 membres et au maximum 120, élus au suffrage universel indirect pour six ans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *